Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884)

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884)," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 18/09/2019, URL : https://lasciem.hypotheses.org/189.

[Version pdf disponible sur ici]

Le fonctionnement éditorial de la presse de vulgarisation scientifique du XIXe siècle se donne rarement à voir, et pour cause : nombre de périodiques sont si précaires qu’ils parviennent rarement à occuper durablement le même local. Quant aux équipes rédactionnelles, elles sont souvent difficiles à cerner. Pseudonymie, anonymat et réemploi de textes parus ailleurs sont des pratiques courantes. Au cours du second XIXe siècle, il n’y a guère que La Nature ou la Revue scientifique à pouvoir publier infailliblement un contenu inédit et de qualité à la fois élevée et régulière – ce dernier aspect impliquant une équipe de rédacteurs et d’illustrateurs développée.

Comme nombre de secteurs médiatiques, la presse de vulgarisation scientifique représente un corpus assez important, ce qui oblige à se focaliser sur les publications centrales afin de déterminer des lignes de force. Les titres secondaires ont évidemment leur importance, non seulement parce qu’ils offrent un complément ou un contre-point intéressant à l’histoire des titres prestigieux, mais aussi parce qu’ils ont recours à des pratiques éditoriales pouvant être originales, risquées et occasionnellement suicidaires. Autrement dit, ces périodiques ouvrent des espaces d’expérimentation éditoriale d’une grande richesse pour la compréhension générale des pratiques de vulgarisation scientifique au XIXe siècle. La constance éditoriale n’étant pas leur point fort, ils tendent à durer quelques mois, assez rarement une ou deux années.

Continuer la lecture de « Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884) »