La fabrique de la vulgarisation scientifique contemporaine

Appel à contribution pour les Cahiers d’histoire du Cnam

 Dossier thématique : La fabrique de la vulgarisation scientifique contemporaine. Innovations, acteurs et réseaux dans la France de la Troisième République

Sous la coordination de Axel Hohnsbein (SPH, Univ. Bordeaux), Catherine Radtka (HT2S, Cnam), Viera Rebolledo-Dhuin (CRHEC, UPEC) et Norbert Verdier (EST-GHDSO, Paris Saclay)

Date de soumission des propositions : 15 décembre 2022

Résumé

Inscrite dans le cadre d’une histoire sociale des sciences, l’analyse d’un vaste mouvement de diffusion des connaissances scientifiques et techniques se déployant aux XIXe et XXe siècles a donné lieu à de nombreux travaux. Depuis les ouvrages séminaux parus dans les années 1980-90, plusieurs programmes de recherche ont, par des entrées comme la place des amateurs en science, la littérature d’anticipation, les mises en scène des sciences, la circulation des savoirs scientifiques dans et par les revues, continué à enrichir les réflexions sur les enjeux, les publics, les acteurs et les pratiques de la vulgarisation scientifique[1]. Ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam, consacré à la France de la Troisième République, s’appuie sur ces évolutions historiographiques pour interroger la manière dont se structure la vulgarisation scientifique contemporaine dans cette période foisonnante. Les principaux axes suggérés sont (1) l’étude des acteurs et de la structuration des métiers ; (2) l’étude des supports et l’intermédialité ; (3) l’étude des publics et pratiques de consommation de la vulgarisation. Continuer la lecture de « La fabrique de la vulgarisation scientifique contemporaine »

Carte postale : l’observatoire du pic du Midi

“Gloire aux hommes de cœur, aux savants intrépides
Qui du Pic de Bigorre affrontent les climats”
̶F̶r̶a̶n̶ç̶o̶i̶s̶ ̶B̶a̶y̶r̶o̶u̶, Jean Cistac, 1876

Héliogravure et photographie vont très bien ensemble : les contrastes et le niveau de détail sont souvent élevés (un peu trop parfois). Chez les bouquinistes, les livres de photographie imprimés à l’héliogravure se remarquent instantanément : le Paris des rêves d’Izis  en est un exemple réputé. La carte postale de la première moitié du XXe siècle s’en sert aussi volontiers.

Trouvée il y a quelques années dans un marché de Vic-en-Bigorre, cette très jolie carte postale fait partie d’une série intitulée “Nos belles Montagnes – Les Pyrénées”. Elle n’est pas datée.

Continuer la lecture de « Carte postale : l’observatoire du pic du Midi »

Technologie et sentiments

À l’occasion de la mise en ligne de The Power of the Dog de Jane Campion – à qui Positif  a consacré une couverture méritée, la plateforme propriétaire du fichier a rendu disponibles d’autres contenus[1] de la même réalisatrice, dont La Leçon de piano. Dans ce film, une jeune femme muette (Ada, interprétée par Holly Hunter) et sa fille quittent l’Écosse du xixe siècle en vue d’un remariage avec Alistair Stewart (incarné par Sam Neill), colon établi en Nouvelle-Zélande. Ada tombera cependant amoureuse de George Baines (Harvey Keitel), homme analphabète employé en tant que contremaître pour sa maîtrise du maori. Visuellement superbe, le film donne volontairement peu d’éléments contextuels. La contrée est sauvage, ce qui rend d’autant plus frappante l’introduction de deux éléments technologiques : le piano de l’affiche – qu’Ada emporte dans sa traversée – et la photographie. Cette dernière est au cœur d’une séquence isolée très belle et très étrange : le portrait du couple nouvellement formé est immortalisé en extérieur sous une pluie battante (voir la séquence de 2 mn). La présence incongrue des deux instruments est fortement soulignée : un temps abandonné au bord de l’océan, le piano est en contact direct avec le sable et l’eau salée (l’ombre d’un engloutissement final guette), tandis que les photographiés font face à l’objectif dans des habits empesés par les trombes d’eau qui s’abattent sur eux. Continuer la lecture de « Technologie et sentiments »

“La Science en famille” vous souhaite une excellente année 1888 !

Charles MendelCharles Mendel est bon commerçant : alors que les périodiques concurrents souhaitent généralement la bonne année à leurs lecteurs dans le premier article de janvier – qui sert aussi à établir le bilan de l’année écoulée, La Science en famille insère plutôt cette petite carte de visite dans les pages de suppléments (1888, p. XVI des suppléments pour le cas présent). La mise en page est tout à fait réussie, l’image brisant la répartition traditionnellement verticale du texte et de l’image pour évoquer une sorte d’attention de dernière minute.

Continuer la lecture de « “La Science en famille” vous souhaite une excellente année 1888 ! »

Gallica nous emmène au cirque

Aujourd’hui, 28 décembre 2021, on va donc au cirque avec Gallica. Cinq programmes différents viennent d’être mis en ligne ce jour, et offrent un très joli panorama du cirque dans les années 1870-1900.
Toutes images : Source gallica.bnf.fr / BnF
(Pour pouvoir zoomer  : mettre le pointeur sur l’image, clic droit, “ouvrir dans un nouvel onglet”)

Rendons-nous pour commencer à la foire de Lille. Nous sommes en 1874, le “théâtre-cirque quadrumane brésilien” de M. Fulgoni vient de s’installer en ville. Je paie volontiers 1,50 francs pour voir de près les exercices équestres des petits chevaux lilliputiens, ainsi que le numéro de Ritta intitulé “Mort et vivant”. Continuer la lecture de « Gallica nous emmène au cirque »

Le singe au stéréoscope

Source de l’image : Gallica/BnF

Voici le premier texte d’une petite rubrique consacrée aux images dans la presse de vulgarisation.  Aujourd’hui, une réclame de 1858 pour le magasin photographique des frères Gaudin, connus pour avoir sauvé La Lumière, périodique fondateur qui aura permis à Ernest Lacan d’inventer le journalisme photographique. En 1858, le périodique suit une formule bien établie, qu’Alexis et Marc-Antoine Gaudin ne vont pas tarder à vouloir bouleverser. En désaccord avec le choix de ses directeurs, Lacan partira fonder Le Moniteur de la photographie en 1861.

Continuer la lecture de « Le singe au stéréoscope »

Petite promenade dans les images de “La Science en mouvement”

L’ouvrage numérique issu de ma thèse vient d’être mis en ligne sur Epistémocritique. La table des matières est consultable ici.

Ce carnet de recherche, initialement conçu pour accompagner l’ouvrage, devrait donc trouver sa pleine utilité. Il sera mis à jour dans les semaines/mois qui viennent. Pour l’heure, profitons-en plutôt pour discuter des illustrations présentées en couverture du livre.

Continuer la lecture de « Petite promenade dans les images de “La Science en mouvement” »

Presse magazine et bibliophilie : des supports compatibles ?

     Le petit texte ci-dessous traite de la réédition de Midi-Minuit fantastique, revue pionnière des années 1960 consacrée au cinéma de genre. On pourra s’étonner qu’un tel sujet trouve sa place sur un carnet de recherche consacré à la vulgarisation scientifique. Des liens existent pourtant : la revue s’appuie souvent sur des gravures et un imaginaire scientifique issus de la presse du xixe siècle (quel plaisir de découvrir la superbe femme à trois têtes de La Nature en pleine page dans le premier volume !), et la passion de Jean Boullet pour les monstres se lit comme un écho amplifié de la fascination de nos vulgarisateurs pour la tératologie. Le DVD du premier volume présente notamment des photographies de "nains" et de "géants" qui avaient déjà fasciné les rédacteurs de La Nature (le géant Chang, dont on aperçoit une photo dans le petit film consacré à la librairie de Jean Boullet, a fait l’objet d’un article illustré en 1880). Il s’agit donc d’un petit billet tout à fait de saison, en attendant la parution (prévue pour Noël) du quatrième et dernier volume de cette très belle réédition de Midi-Minuit fantastique… Et quitte à parler monstres, profitons-en pour conseiller la lecture de La Parade monstrueuse et faire la promotion du coffret Universal Classic Monsters, qui vient de paraître chez Elephant Films et propose 30 films ayant fait (et parfois défait) la réputation de la Universal dans les années 1930-1950… 

Continuer la lecture de « Presse magazine et bibliophilie : des supports compatibles ? »

Bonne année 1885 !

1884. Le choléra est de retour en France. Jules Clarétie conclut ainsi ses chroniques annuelles (La Vie à Paris, Victor-Havard, p. 560) :

Et le temps passe, passe, apportant et emportant son contingent de maux et de tristesses. Quoi qu’il en soit, je la vois partir sans regrets l’année sombre de 1884, l’année de misère où j’ai perdu plus d’un ami, – de ceux qu’on ne remplace pas –, l’année qui a largement fauché dans les arts, dans les lettres, et en bas, chez les pauvres et qui méritera de porter un nom ironique, un nom que l’esprit de Paris lui a jeté à la face comme un stigmate gouailleur, insultant et vengeur :
– La Dame au Choléra

FIN

[Appel] Des corps dans la ville : norme et écart au XIXe siècle

[EDIT : numéro paru en décembre 2021, consultable sur Arts et Savoirs]

Numéro thématique de la revue Arts et Savoirs publiée sur OpenEdition

Date limite pour envoyer vos propositions : 12 juin 2020

 La recherche en littérature et en sciences humaines – les études dixneuviémistes en particulier – continuent de témoigner régulièrement de l’engouement suscité par la question de la représentation des corps, propice à une multiplicité d’approches et de croisements disciplinaires, qu’ont nourris en particulier les travaux d’Alain Corbin et Georges Vigarello. Le corps, notion d’une grande plasticité, peut ainsi renvoyer à une réalité matérielle et physique, que le XIXe siècle contribue à rendre de plus en plus visible, ou se faire parallèlement le véhicule d’un imaginaire social, qu’il explore au travers de formes d’écriture parfois inédites, au croisement des champs littéraire, journalistique ou scientifique.

Continuer la lecture de « [Appel] Des corps dans la ville : norme et écart au XIXe siècle »

Bibliographie de thèse

Il s’agit de la bibliographie complète (réalisée en 2016) telle qu’elle figure dans les annexes de thèse [A. H., La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903)].
[Touche F3 pour rechercher un mot-clé ou un titre dans la page]

Plan :

I. Listes des périodiques consultés
a) Corpus
b) Périodiques photographiques mentionnés mais non trouvés
c) Autres périodiques photographiques consultés
d) Autres périodiques consultés
II. Presse et littérature industrielle (histoire générale et technique)
III. Médiation des savoirs
IV. Image, machine, dispositif (théorie, histoire)
V. Les dispositifs optiques
a) Sources primaires
b) Sources secondaires
VI. Autres ouvrages et articles

Continuer la lecture de « Bibliographie de thèse »

Les illustrateurs de La Nature : Henriot

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Les illustrateurs de La Nature : Henriot," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 01/12/2022, URL : https://lasciem.hypotheses.org/539.

 

[Version pdf disponible ici]

Cet article contient de nombreuses illustrations extraites de la version numérisée de La Nature. Source : Cnum – Conservatoire numérique des Arts et Métiers – http://cnum.cnam.fr

La Nature est un périodique de vulgarisation scientifique prestigieux, qui ne refuse pas d’employer l’humour, mais qui cherche à en maîtriser les effets. Nous avons eu l’occasion de montrer que la première collaboration de La Nature avec Albert Robida, pour aussi riche qu’elle soit, a nécessité certains aménagements éditoriaux. La tonalité particulière des planches du caricaturiste aura notamment poussé le périodique à les reproduire non pas dans le corps des livraisons, mais à sa périphérie, dans le supplément Nouvelles scientifiques. Il ne s’agit pas tant d’un désaveu que d’une volonté de maintenir une tonalité homogène au sein du numéro, tout en faisant des suppléments un passage incontournable pour le lecteur : une planche de Robida est assurément un excellent argument de vente.

Continuer la lecture de « Les illustrateurs de La Nature : Henriot »

Les illustrateurs de La Nature : Albert Robida

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Les illustrateurs de La Nature : Albert Robida," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 01/12/2022, URL : https://lasciem.hypotheses.org/219.

 

[version pdf disponible ici]

Cet article contient de nombreuses illustrations extraites de la version numérisée de La Nature. Source : Cnum – Conservatoire numérique des Arts et Métiers – http://cnum.cnam.fr

Entre 1891 et 1905, Albert Robida a produit près d’une soixantaine de planches pour La Nature de Gaston Tissandier. Passé à la postérité pour l’originalité de sa production en matière d’anticipation, Robida est alors principalement connu pour ses talents en matière de fantaisie et d’humour. Lorsqu’il entame sa collaboration avec La Nature, l’artiste a déjà produit les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul (1879) ainsi que ses deux grands chefs-d’œuvre, Le Vingtième Siècle (1883) et La Guerre au vingtième siècle (1887). Directeur de la Librairie illustrée, Georges Decaux est alors son éditeur principal. Possédant un catalogue aussi large que varié, Decaux publie quantité de périodiques : c’est chez lui que Robida fonde La Caricature en 1880, titre qu’il dirigera plus de dix ans. Favorisant la circulation des contenus entre son catalogue de librairie et ses périodiques, Decaux publiera dès 1892 La Vie électrique de Robida en volume relié et en feuilleton dans La Science illustrée – un concurrent direct de La Nature ayant la rare particularité de proposer des romans et fictions en feuilletons. Passé 1892, Robida élargit ses collaborations et se montre moins fidèle à son éditeur traditionnel.

Continuer la lecture de « Les illustrateurs de La Nature : Albert Robida »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search