Répertoire des périodiques

Ce répertoire a été initialement conçu en complément de la thèse La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (Lyon, 2016). Il est principalement centré sur la presse de vulgarisation spécialisée dans les sciences. Les périodiques photographiques figurant à l’origine dans ce répertoire sont disponibles sur PHLIT.org. Sauf mention contraire, tous les périodiques sont établis à Paris. La majeure partie du corpus adopte diverses formes d’in-4°, plus rarement d’in-8°, très rarement d’in-folio. Nous donnons à chaque fois les cotes les plus richement pourvues. La majorité des périodiques n’est consultable qu’en microformes à la BNF : nous n’en donnons pas la cote car elle est automatiquement proposée par le catalogue numérique de la BNF lorsque le livre est incommunicable. Nous signalons les formes numérisées, et nous donnons la référence SUDOC, certains titres demeurant difficiles à identifier dans les divers catalogues. Nous signalons de mêmes quelques références primaires qui permettent de reconstituer les moments-clés des périodiques ; les références secondaires rendent compte quant à elles des travaux éventuels de chercheurs abordant ces périodiques.

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Répertoire des périodiques," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 18/09/2019, URL : https://lasciem.hypotheses.org/repertoire-des-periodiques.

 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

L’Amateur (1902-?) Consulter PHLIT.org

Amateur d’excursions photographiques (L’) (1895-1897)

Consulter PHLIT.org
Amateur photographe (L’) (1885-1900) Consulter PHLIT.org

L’Ami des sciences

(1855-1862)

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 8 pages, 15 centimes le numéro, 6 francs l’abonnement annuel. Fondé par Victor Meunier, ce périodique est l’un des pionniers de la presse de vulgarisation scientifique, se spécialisant dans une vulgarisation critique et politique, se proclament en lutte contre l’obscurantisme et la rigidité des institutions scientifiques. Vise un lectorat de non-initiés et privilégie souvent le fait divers scientifique spectaculaire. En 1856 les livraisons passent à 16 pages pour imiter les nouveaux titres illustrés qui apparaissent (La Science pour tous et Le Musée des sciences) et coûtent 30 centimes ; le périodique change souvent d’adresse à ce moment. Le 1er janvier 1860 Meunier se retire, laissant la place à Piton-Bressant. Le 4 mars, les bureaux du périodique deviennent les mêmes que ceux du Magasin pittoresque, qui finira par l’absorber. Cesse de paraître fin 1862.

Cote BNF (site François Mitterrand) : R-6838-6845
Cote Gallica :
NUMP-774 ; URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32691441g/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/03902895X

Références primaires : V. Meunier, « Notre spécialité », L’Ami des sciences, 1855, p. 2 ; V. Meunier, ibid., 1855, p. 1 ; V. Meunier, « Changement de rédacteur en chef », ibid., 1860, p. 1 ; La Science populaire, février 1883- juillet 1884, p. 858.

Références secondaires : thèse, p. 43-46 ; Catherine Glaser, « Journalisme et critique scientifiques : l’exemple de Victor Meunier », Romantisme, n°65, 1989, p. 27.

Ange des projections lumineuses (L’) (1902-1903)

Consulter PHLIT.org
Annales photographiques (Les) (1889-1895) Consulter PHLIT.org
Annales photographiques et vélocipédiques (Les) Autre titre des Annales photographiques

Arc-en-ciel (L’) (1897-1914)

Consulter PHLIT.org
Art photographique (L’) (1899-1900) Consulter PHLIT.org

Art photographique (L’) (1903-1907)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

B

Bulletin des sociétés photographiques de France (1889-1891) Consulter PHLIT.org
Bulletin du Cercle de la presse scientifique Voir Presse scientifique des deux mondes.

Bulletin du Photo-Club de Paris (1891-1903)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

C

Camera Obscura (1899-1901)

Consulter PHLIT.org

Conférences (Les) (1901-1914)

Consulter PHLIT. org

Cosmos

(1852-1940)

 

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

20 francs l’année ; hebdomadaire, 24 pages dans sa première incarnation ; fondé par l’abbé François Moigno, paraît le 2 mai 1852 sous le mécénat de Benito R. de Montfort, qui vient de se désister de La Lumière. Cosmos s’affiche d’emblée comme le successeur de La Lumière, ce qui suscite une vive polémique avec le périodique que dirige alors Ernest Lacan. Cosmos privilégie cependant la vulgarisation scientifique dans son ensemble, Moigno cherchant à créer pour la science un équivalent de la critique littéraire pour les belles lettres. Le périodique demeure difficile d’accès et très peu illustré. L’abbé accorde alors une importance particulière au stéréoscope. Montfort se retire en 1853. L’éditeur A. Tramblay devient alors gérant, avant de céder la place à l’ingénieur Marc Seguin. En 1862 un procès portant sur le salaire de Moigno oppose Seguin à l’abbé, qui l’emporte mais doit renoncer à publier dans Cosmos, le périodique appartenant toujours à Seguin. Moigno part fonder Les Mondes tandis que, de 1863 à juillet 1867, une équipe rédactionnelle difficile à identifier mais incluant quelques noms prestigieux (Flammarion, Fonvielle) occupe le titre. En août 1867 l’éditeur Tramblay se retire ; Seguin fait appel aux éditeurs G. Baillière puis A. Goin et confie la rédaction à Victor Meunier qui, jusqu’en 1870, fait de Cosmos un périodique de vulgarisation politiquement engagé.  La guerre de 1870 marque un coup d’arrêt pour le titre. Meunier fonde en 1871 La France scientifique, qui porte le sous-titre de « nouveau Cosmos », lequel cesse rapidement de paraître. Meunier rend en 1873 le titre à l’abbé Moigno, qui fait alors fusionner Cosmos et Les Mondes. À cette période, Cosmos est particulièrement investi dans les projections lumineuses et l’abbé Moigno ne cesse plus de donner des conférences. Profitant de sa réhabilitation religieuse, Moigno tente en 1879 de fonder une société anonyme autour de Cosmos. Le projet aboutit à une catastrophe : dès 1881 la société est en voie de dissolution et le périodique mis en vente. Il est alors racheté par les assomptionnistes, qui confient la gérance à l’abbé Valette tandis que Moigno, soulagé, reprend la plume dans son journal. Âgé, il doit cependant se retirer en 1882, avant de décéder deux ans plus tard. Les assomptionnistes en profitent pour bouleverser totalement Cosmos, qui cherche désormais à rivaliser avec La Nature en adoptant une maquette comparable et en multipliant les illustrations et les primes, souvent empruntées à La Croix ou à Pèlerin. Très prosélyte, le nouveau Cosmos coûte 50 centimes la livraison pour des numéros comptant une trentaine de pages. Le périodique déménage à ce moment dans ses nouveaux locaux du 5, rue Bayard, adresse où les assomptionnistes viennent d’installer la Maison de la Bonne Presse. En janvier 1900, le gouvernement Waldeck-Rousseau dissout la congrégation assomptionniste : la Maison de la Bonne Presse est reprise par un catholique ami de la congrégation, Paul Féron-Vrau, qui maintiendra une politique éditoriale identique mais d’un catholicisme légèrement moins agressif. Cosmos est publié jusqu’en 1914 puis entame une existence fantomatique, les numéros s’espaçant dans le temps. Il disparaît en 1940.

Cotes BNF (site François Mitterrand) : Z-46242-46279 (recueils de 1852-1870) ; 8-R-808 (recueils de 1863-1884 ; la cote mélange Cosmos et Les Mondes : les volumes datés de 1863 à 1873 correspondent à Les Mondes) ; 4-R-620 (recueils de 1885-1940)
Cote Gallica : NUMP-4949 (recueils de 1867-1870 seulement)
URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32749351k/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/048882518 (recueils de 1852-1873) ; http://www.sudoc.fr/037462083 (recueils de 1874-1884) ; http://www.sudoc.fr/037467166 (recueils de 1885-1940)

Références primaires
: « À nos abonnés », La Lumière, 1851, p. 81 ; F. Moigno, « Préface », Cosmos, mai-novembre 1852, p. I ; F. Moigno, « Cosmos », ibid., p. 2-5 ; F. Moigno, Les Splendeurs de la foi, Paris, Blériot frères, 1879, tome IV, p. 12 ; H. Valette, « Mort de M. l’Abbé F. Moigno », Cosmos, mai-août 1884, p. 449 ; F. Moigno, « Prologue », Les Mondes, premier semestre 1863, p. 1 ; V. Meunier, « Au lecteur », Cosmos, juillet-septembre 1867, p. 1 ; V. Meunier, « À un bon confrère », Cosmos, quatrième trimestre 1867, p. 9 ; F. Moigno, « Nouvelles de la semaine », Les Mondes, septembre-décembre 1873, p.706 ; F. Moigno, « Nouvelles de la semaine », Cosmos, septembre-décembre 1881, p. 137-139 ; « À nos lecteurs », Cosmos, septembre-décembre 1881, p. 177 ; « Cosmos. Préface du tome IX », Cosmos, septembre-décembre 1884, p. 4 ; « Le nouveau Cosmos », Cosmos, septembre-décembre 1884, p. 721 ; « Avis », Cosmos, février-juillet 1885, p. 2 ; « Le cinquantenaire de “Cosmos”», Cosmos, premier semestre 1902, p. 554.

Références secondaires : thèse, p. 37-43, 204-213, et 339-342 ; P. Redondi, « Physique et apologétique. Le Cosmos de L’abbé Moigno et de Marc Seguin », History and Technology, volume 6, n°3, 1988 ; B. Béguet dir., La Science pour tous, Paris, Bibliothèque du CNAM, 1990, p. 92 ; Biographie du clergé contemporain par un solitaire, Paris, Appert et Vavasseur, 1851, tome X, p. 360-396 ; Yves Pitette, Biographie d’un journal. La Croix, op. cit., p. 28 ; Jacqueline et Philippe Godfrin, Une Centrale de presse catholique. La Maison de la Bonne Presse, Paris, PUF, 1965, p. 13
Courrier de l’industrie (Le) Voir Courrier des sciences (Le)

Courrier des sciences (Le)

(1862-1865)

Hebdomadaire lancé par Victor Meunier en 1862 sous le nom de Courrier de l’industrie : il est alors d’un format in-folio très large qui a déplu au lectorat. Meunier adopte donc rapidement le format in-8° avant de relancer le titre sous le nom de Courrier des sciences, de l’industrie et de l’agriculture. Fait exceptionnel, il est le seul périodique parisien à se vouloir l’« organe du mouvement et des intérêts des sciences en province ». Il établit en 1864 ses bureaux chez l’éditeur Germer Baillière, dont la Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger finit par l’absorber en 1865.

Cote BNF (site François Mitterrand) : V-3818-3819 (recueils de 1862-1863) ; V-29016-29019 (recueils de 1863-1865).
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/038376601

Référence secondaire 
: thèse, p. 51-52.

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

D

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

E

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

F

Fascinateur (Le) (1903-1938)

Consulter PHLIT.org

Figaro-Photographe (1892)

Consulter PHLIT.org

France scientifique (La) (1871)

a

Hebdomadaire, 8 pages, 20 centimes ; fondé par Victor Meunier au lendemain de la guerre de 1870, le périodique porte le sous-titre « Ancien Cosmos » ; la maquette n’a cependant plus rien à voir avec Cosmos et reprend celle de L’Ami des sciences, fondé 15 ans auparavant par Meunier. Le contenu perd de vue la vulgarisation scientifique pour privilégier la charge politique contre les institutions scientifiques, gravures à l’appui. Le périodique cesse de paraître dans l’année ; en 1873 Meunier offrira gracieusement à Moigno la possibilité de reprendre le titre de Cosmos.

Cote BNF (site François Mitterrand) : Z-8842
Cote Gallica 
:NUMP-6757, URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb327781502/date
Identifiant SUDOC : aucun (?)

Référence secondaire : thèse, p. 201-204.

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

G

Gazette du photographe amateur (1893-1905)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

H

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

I

Indicateur photographique (L’) (1892-1901) Consulter PHLIT.org

Iris-photo (1901-1903)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

J

Journal des sociétés photographiques (1890-1893 ; 1893-1904)

Consulter PHLIT.org
Journal La Photographie pour tous (Le) (1880-1903) Consulter PHLIT.org
Journal de l’industrie photographique Voir Journal La Photographie pour tous (Le).
Journal des photographes Voir Journal La Photographie pour tous (Le).

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

K

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

L

Lanterne photographique (La) (1898-1899)

Consulter PHLIT.org

Lumière (La) (1851-1867)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

M

Mise au point (La) (1897-1914)

Consulter PHLIT.org

Monde photographique (Le) (1895-1898)

Consulter PHLIT.org

Mondes (Les)

(1863-1873)

a

a

a

a

a

Fin 1862, l’abbé Moigno, rédacteur central de Cosmos, entre en procès contre son propriétaire Marc Seguin pour une question salariale. Moigno gagne son procès mais Seguin reste propriétaire de Cosmos, obligeant l’abbé à partir fonder un autre périodique, suite officieuse de Cosmos qu’il intitule Les Mondes. Publié chez l’éditeur chrétien Étienne Giraud, le périodique adopte une ligne éditoriale similaire mais sépare dans un premier temps la « science pure » de la « science pratique », ce qui lui vaut des plaintes des lecteurs. Le contenu est réorganisé dès la deuxième année. Les livraisons comportent alors 44 pages en moyenne. Par la suite, le titre est édité par J. Rotschild avant de s’installer rue du Dragon en 1867. La guerre de 1870 marque l’arrêt des activités des Mondes, qui sera le premier périodique de vulgarisation scientifique à reprendre sa publication. En 1873, Victor Meunier rend gracieusement la propriété du titre Cosmos à Moigno, qui fait alors fusionner les deux périodiques.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 8-R-808 (la cote mélange Cosmos et Les Mondes : seuls les volumes datés de 1863 à 1873 portent le titre principal Les Mondes).
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/037467824

Références primaires : F. Moigno, « Au clergé », circulaire insérée en début de Les Mondes, premier semestre 1863 ; F. Moigno, « Avis au lecteur », Les Mondes, septembre 1870-août 1871, p. 3 ; F. Moigno, « Nouvelles de la semaine », Les Mondes, septembre-décembre 1873, p. 706.

Référence secondaire : thèse, p. 53-55, 204-209.

Moniteur de la photographie (Le)(1861-1914)

Consulter PHLIT.org

Mouvement scientifique (Le) (1883-1909)

50 centimes la livraison ; fondé le 3 novembre 1883 par le docteur Duverney. Contenu non illustré peinant alors à concurrencer les grands titres de la période. La collection est en mauvais état et l’on ne peut pas encore étudier son évolution. Disparaît en 1909, ce qui en fait un titre à la longévité étonnante.

Cote BNF (site François Mitterrand) : FOL-R-193
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/039158012

Référence secondaire 
: thèse, p. 193.

Musée des sciences (Le)

(1856-1859)

a

a

a

Hebdomadaire, 10 centimes. Fondé le 7 mai 1856 par Henri Lecouturier, qui vient de quitter La Science pour tous quelques mois après sa fondation. Le contenu, généraliste, s’adresse au grand public et met l’accent sur la qualité des gravures proposées. L’astronomie est une science particulièrement soignée dans les colonnes du titre. En 1858, Lecouturier est assisté de Lucien Platt dans la direction, tandis que le périodique se fait l’intermédiaire du lecteur pour acquérir divers objets et ouvrages. Lecouturier se retire en août 1859. Platt travaille alors avec le gérant O. Pinel mais, suite à la menace d’un procès par un savant mécontent, il décide de mettre fin au périodique sous cette forme. Platt fonde La Science pittoresque deux semaines plus tard.

Cote BNF (site François Mitterrand) : chaque année possède une cote différente : Z-4629 ; Z-4630 ; Z-4631 ; Z-4632.
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/038598132

Références primaires :
Lecouturier, « À nos lecteurs », Le Musée des sciences, 1856-1857, p. 1-2. « Correspondance », Le Musée des sciences, 1859-1860, p. 392.

Référence secondaire 
: thèse, p. 61-65.

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

N

Nature (La)

(1873-1973)

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 16 pages, 50 centimes ; fondé par le chimiste et aéronaute Gaston Tissandier chez Masson le 7 juin 1873, La Nature est le titre iconique de la vulgarisation scientifique du XIXe siècle, symbolisant à lui seul l’âge d’or de cette presse. Faisant appel à des savants et vulgarisateurs professionnels de première force, le périodique aborde l’ensemble des sciences avec une compétence égale, la qualité des gravures en faisant dès sa parution une référence tant pour le grand public que pour les savants. Outre la qualité générale de la publication, La Nature inaugure l’ère des récréations scientifiques en 1880, moment où Tissandier lance une série d’articles intitulés « La physique sans appareils » : à partir de ce moment, la vulgarisation scientifique peut légitimement traiter des jouets, des fêtes foraines, des spectacles divers, etc. Cette innovation contribue aussi à faire de la presse de vulgarisation scientifique un produit de consommation désirable. Suivant de près les progrès de la photographie, La Nature joue un rôle dans l’invention de la chronophotographie, Marey ayant contacté Muybridge par le biais du périodique. Tissandier prend sa retraite en 1897, cédant la place à Henri de Parville, qui se retire à son tour en 1904, un comité de direction étant alors créé. Le frontispice demeure le même jusqu’en 1946, avec quelques légères variations d’interprétations et une réinterprétation Art déco en 1914. La Nature devient bimensuel en 1927, les livraisons passant de 16 à 47 pages. En 1961, La Nature devient La Nature Science Progrès ; puis Science Progrès La Nature en 1963 ; puis Science Progrès Découverte en octobre 1969, date où la mention explicative « publié avec la participation du Palais de la Découverte » apparaît. Le périodique demeure édité par Masson jusqu’en décembre 1951, avant de passer aux mains de Dunod, qui cèdera ses droits en janvier 1973 à la Société d’éditions scientifiques : à cette date, une fusion s’opère avec La Recherche.

Cote BNF : 4-R-45
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/037928589
Consultable en ligne : numérisé par le Conservatoire numérique des Arts et Métiers, URL : http://cnum.cnam.fr/CGI/redir.cgi?4KY28

Références primaires : Gaston Tissandier, « Préface », La Nature, 1873, p. I ; « Chronique », premier semestre 1887, p. 302 ; « Deuxième réunion annuelle des collaborateurs de La Nature », La Nature, deuxième semestre 1888, p. 2 ; Henri de Parville, « À nos lecteurs », La Nature, premier semestre 1897, p. 65.

Références secondaires : thèse, p. 175-183, p. 220-243, 270-278, 335-3339 ; Manuel Chemineau, Fortunes deLa Nature (1873-1914), Münster, LIT Verlag, 2012 ; B. Béguet dir., La Science pour tous, Paris, Bibliothèque du CNAM, 1990, p. 92-93.

Ressources internes : « les illustrations de La Nature : approche quantitative ».

Nouvelles scientifiques (1891-1926)

Supplément de La Nature.

Cote BNF : 4-R-45 (intégré dans les volumes de La Nature)
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/038866293
Consultable en ligne : numérisé par le Conservatoire numérique des Arts et Métiers. Ces pages ne figurent pas dans les tables des matières mais sont numérisées en fin de volume. URL : http://cnum.cnam.fr/CGI/redir.cgi?4KY28

Référence secondaire : thèse, p. 335.

Nouvelles scientifiques (Les)

(1891-1912)

a

a

a

a

a

Mensuel, 8 pages, 30 centimes ; fondé en janvier 1891 par Georges Brunel chez Georges Carré, éditeur s’intéressant particulièrement aux questions ésotériques. On ignore ce que devient le titre entre 1891 et 1894, moment où les livraisons de 16 pages coûtent 40 centimes. Le titre a été modifié : Les Nouvelles scientifiques et photographiques sont alors éditées chez Bernard Tignol. Ce périodique est l’un des plus mobiles de la période, changeant constamment d’adresse et de maquette selon les impulsions de Georges Brunel. Il recrute la plupart de son personnel au sein de La Science moderne, Paul Hisard en particulier, qui se voit confier la rubrique récréative tandis que Paul Chaux dirige la partie photographique du périodique. Il s’agit d’une spécificité, ce titre ayant tendance à se spécialiser de plus en plus dans la photographie et à mener une politique active en matière de concours. En 1897 l’éditeur Tignol se retire, moment où le périodique accentue davantage encore sa spécialisation photographique. Brunel prête aussi une attention particulière aux rayons X. En septembre 1898 le périodique absorbe Le Monde photographique de Paul Chaux ; il devient bimensuel en mai 1899 et se renomme Les Nouvelles photographiques en avril 1900. Il semble cesser de paraître en 1904, mais reprend étonnamment en janvier 1912 sous le titre Les Nouvelles scientifiques et photographiques. Il disparaît immédiatement.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-1262
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/039180840

Référence secondaire 
: thèse, p. 370-375.
Nouvelles scientifiques et photographiques (Les) Voir Nouvelles scientifiques (Les) (1891-1912).

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

O

Ombres et lumière (1895-1932)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

P

Paris-Photographe (1891-1894)

Consulter PHLIT.org

Petit Photographe (Le) (1900-1903)

Consulter PHLIT.org

Petit Photographe économe (Le) (1896-1904)

Consulter PHLIT.org

Petites Affiches photographiques (1897-1901)

Consulter PHLIT.org

Photo-Courrier (Le) (1893-1894)

Consulter PHLIT.org

Photo-Gazette (1890-1914)

Consulter PHLIT.org

Photo-Journal (1891-1893)

Consulter PHLIT.org

Photo Pêle-Mêle (1903-1907)

Consulter PHLIT.org

Photo-Revue (1889-1986)

Consulter PHLIT.org

Photo-Revuo (1889-1893)

Version esperanto de Photo-Revue.

Photogramme (Le) (1897-1906)

Consulter PHLIT.org

Photographe (Le) (1855-1856)

Consulter PHLIT.org

Photographe (Le) (1857-1858)

Consulter PHLIT.org

Photographe (Le) (1893 ?)

Consulter PHLIT.org

Photographie (La) (1892-1914)

Consulter PHLIT.org

Photographie française (La) (1888 ?-1906 ?)

Consulter PHLIT.org
Photographie moderne (La) Voir Indicateur photographique (L’).

Presse scientifique des deux mondes (La) (1858-1862)

a

a

a

Fondé le 15 août 1858, le périodique s’appelle originellement Bulletin du Cercle de la presse scientifique et n’est destiné qu’aux adhérents du Cercle que dirige alors Louis Figuier. Il imite alors la démarche des Comptes rendus de l’Académie des sciences. Le bulletin change de nom en 1860, devenant Presse scientifique des deux mondes. Il devient alors accessible au grand public et revendique sa valeur vulgarisatrice, son objectif central demeurant de « venir en aide à la prospérité des autres journaux voués à la propagation ou à l’enregistrement des découvertes scientifiques, en leur fournissant des documents ou des sources de documents dont ils tireront parti ». La maquette est plus proche de l’ouvrage de librairie que du périodique. Le titre reste peu illustré, austère et technique dans les sujets choisis.

Cote BNF (site François Mitterrand) : R-30239-30241 (Bulletin du Cercle de la presse scientifique) ; R-23491-23507 (Presse scientifique des deux mondes).
Identifiant SUDOC : aucun (Bulletin du Cercle de la presse scientifique) ; http://www.sudoc.fr/039211061 (Presse scientifique des deux mondes).

Référence primaire : J.-A. Barral, « Introduction », La Presse scientifique des deux mondes, 1860, p. 7.

Référence secondaire : thèse, p. 73-76.

Procédé (Le) (1899-1959)

Consulter PHLIT.org

Progrès photographique (Le) (1883-1895)

Consulter PHLIT.org

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

Q

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

R

Rayon bleu (Le) (1868-1871)

Consulter PHLIT.org

Revue de photographie (La) (1903-1908)

Consulter PHLIT.org

Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger

Voir Revue scientifique.
Revue mensuelle des nouveautés photographiques Périodique censé avoir précédé Le Photo-Courrier. Demeure introuvable.

Revue photo-moderne (1902-1903)

Consulter PHLIT.org
Revue photographique (1855-1865) Consulter PHLIT.org

Revue rose

Voir Revue scientifique.

Revue scientifique

(1863-1970)

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 30 centimes, 16 pages (souvent augmentées) ; initialement intitulé Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, le périodique paraît le 5 décembre 1863 sur l’impulsion du jeune éditeur scientifique Gustave-Germer Baillière, qui confie la direction à l’homme de lettres Odysse-Barot. Baillière lance simultanément la Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, périodique jumeau qui connaîtra un succès équivalent, lui aussi dirigé par Odysse-Barot. C’est une formule inédite et restée sans concurrence pendant quatre décennies qui est inaugurée là : faire de la vulgarisation scientifique à l’usage des savants et des amateurs éclairés. Les livraisons reproduisent des conférences et des cours, soit sous forme de compte rendu, soit en publication directe. Les textes sont donc longs et fragmentés en feuilleton. Odysse-Barot se retire en octobre 1864, cédant la place à l’homme de lettres Eugène Yung et au juriste Émile Alglave ; à ce moment, le périodique adopte une couverture de couleur qui lui vaudra le surnom de « revue rose ». La Revue des cours littéraires adopte la même démarche et aura par la suite le surnom de « revue bleue ». Les illustrations deviennent plus fréquentes. La reprise de publication de l’après 1870 marque le début d’une deuxième série. La pagination n’a cessé d’augmenter au fil des ans. En 1871, on oscille entre 24 et 32 pages par livraison. Le périodique est renommé Revue scientifique quelques temps plus tard ; en 1880 Alglave et Yung cèdent la place à Charles Richet et Antoine Bréguet ; une troisième série débute, la pagination se fixant à 32 pages par livraison ; Bréguet décède en 1882, laissant Richet seul directeur jusqu’en 1902. D’un point de vue administratif, la Société anonyme des deux revues est créée en1882, bouleversant la gérance du périodique et permettant à Félix Alcan d’évincer Germer Baillière. Sous la conduite de Richet, la Revue scientifique est le seul périodique de vulgarisation scientifique à prendre part activement à la querelle portant sur les faillites de la science, involontairement initiée par Brunetière en 1895. En 1902, Richet se retire pour mener ses recherches sur l’anaphylaxie ; J. Héricourt le remplace mais il cède rapidement la place au docteur Toulouse. La Revue scientifique est l’un des titres les plus durables de la presse de vulgarisation scientifique. Elle devient Nucleus en 1960, et sera absorbée par La recherche en 1970.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-16 
Cotes Gallica : NUMP-1002 (recueils de 1863-1870), URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34411109f/date
NUMP-1013 (recueils de 1871-1883), URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34350518x/date
NUMP-1014 (recueils de 1884-1951), URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34378388w/date

Identifiants SUDOC : http://www.sudoc.fr/038376598 (recueils de 1863-1870) ; http://www.sudoc.fr/037484745 (recueils de 1870-1883) ; http://www.sudoc.fr/037929666 (recueils de 1884-1954).

Références primaires : Odysse-Barot, « À nos lecteurs », Revue des cours scientifiques de la France et de l’étranger, 1863-1864, p. 673 ; Émile Alglave, ibid., 1864-1865, p.1-2 ; É. Alglave, La Revue scientifique de la France et de l’étranger, premier semestre 1880, p. 765 ; ibid., premier semestre 1882, p. 513 ; Revue scientifique, deuxième semestre 1883, p. 257.

Références secondaires : thèse, p. 76-79, 196-199, 342-344 ; Valérie Tesnière, Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (1860-1968), Paris, PUF, 2001, p. 58-76 ; J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition (1880-1920), Paris, Fayard, 1988, p. 279-298 ; Jean Deleuze, « Jean-Baptiste Baillière et ses auteurs. Les grands principes d’une politique éditoriale », in D. Gourevitch et J.-F. Vincent (dir.), J.-B. Baillière et fils, éditeurs de médecine, Paris, De Boccard Édition-Diffusion, 2006, p. 63-79 ; É. Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine, Paris, Seuil, « Points », 2004, p. 236-237.
Revue scientifique de la France et de l’étranger (La) Voir Revue scientifique (La).
Revue trimestrielle du Comptoir général de photographie Périodique ayant précédé La Mise au point. Demeure introuvable.
Revue universelle des inventions nouvelles Voir Vie Scientifique (La).

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

S

Science (La)

(1855-1857)

a

a

a

 

Fondé par le polytechnicien Auguste Blum le 18 mars 1855. La Science est un cas unique : ce titre est le seul à avoir tenté de concurrencer les grands quotidiens en adoptant la même périodicité et un format comparable. Non illustré, il vise le grand public et les savants, qui peuvent trouver les éléments les plus techniques en note de bas de page. Il réunit des rédacteurs chevronnés tels Lucien Platt, Benjamin Lunel et Théodore du Moncel. Mêle articles d’actualité et de vulgarisation ; connaît en tout trois éditions qui disparaissent à terme au profit de l’édition hebdomadaire. Alfred de Gondrecourt reprend le titre le 1er janvier 1857. Rien n’y fait, malgré la reprise de Moncel, La Science disparaît à la fin de l’année 1857.

Cote BNF (site François Mitterrand) : V-5738-5739 (édition quotidienne) ; V-5742-5745 (édition semi-quotidienne) ; V-5740-5741 (édition hebdomadaire).
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/039023176

Référence secondaire : thèse, p. 71-73.

Science à la maison (La) (1896-1898 ; 1916-1919)

Hebdomadaire, 5 centimes, petit format, 8 pages ; paraît le 15 décembre 1896 ; domicilié au Havre, géré par H. Édouard ; le titre inaugure une succursale à Paris rue du Croissant en 1897 ; le titre pille les petites rubriques de science pratique de la concurrence. Son originalité principale est de publier une fiction signée E. P. et de publier des textes signés d’une multitude de pseudonymes humoristiques.

Cote BNF : 4-R-1455 et JO-66646
Cote Gallica : NUMP-3490
, URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32865836p/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/039164209

Référence secondaire : thèse, p. 357-359

Science, arts, nature

(1901-1905)

a

a

Hebdomadaire, 25 centimes, 16 pages ; fondé le 3 novembre 1901 par l’ingénieur Léon Lefèvre ; sa maquette imite celle de La Science illustrée ; publie des vulgarisateurs connus et fiables œuvrant généralement dans les colonnes de La Science illustrée ; peu innovant mais de belle tenue générale ;  absorbe en mai 1902 La Vie scientifique de Max de Nansouty ; rachète La Science illustrée en septembre 1903 et reprend dès lors la quasi-totalité de son contenu, sauf les fictions, qu’il ne publie qu’à partir de fin 1903. Il disparaît le 5 mars 1905.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-1782
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/038842149

Référence primaire : « À nos lecteurs », dans le troisième de couverture du numéro 28, 10 mai 1902.

Références secondaires : thèse, p. 367-370 ; M. Letourneux et J.-Y. Mollier, La Librairie Tallandier (1870-2000). Histoire d’une grande maison d’édition populaire, Paris, Nouveau Monde, 2011, p. 60.

Science au XXe siècle (La) (1903-1914)

a

a

a

Mensuel, 32 pages ; fondé le 18 mars 1903 par Georges Maneuvrier aux éditions Delagrave. L’un des premiers périodiques de vulgarisation scientifique à opérer un recentrement sur le contenu scientifique de ses livraisons : il ne propose ni concours, ni récréations scientifiques, ni textes trop ludiques. Bénéficiant d’un comité de patronage exclusivement constitué de savants de l’Institut, le périodique est peut-être le premier à concurrencer le Revue scientifique sur son terrain ; à compter de 1907 il sépare les articles « thématiques » du reste de la livraison, inaugurant sous une terminologie différente ce que l’on considèrerait aujourd’hui comme un dossier thématique. Ce titre est représentatif des nouvelles inflexions de la presse de vulgarisation scientifique après l’âge d’or de La Nature.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-1931
Cote Gallica 
: NUMP-1043, URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328658507/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/037465465

Référence primaire : G.M., « Avis à nos lecteurs », en quatrième de couverture du n°2 (1er avril 1903) de La Science au xxe siècle (1903).

Référence secondaire : thèse, p. 380-383.

Science contre le préjugé (La) (1856-1857)

8 pages, 10 centimes ; Fondé par L. Minot le 2 août 1856. Titre anecdotique cherchant à concurrencer La Science pour tous et Le Musée des sciences dans la forme, mais optant pour une écriture agressive attaquant directement la concurrence. La qualité du contenu demeure cependant inférieure. Ce titre anecdotique tient 13 numéros avant de devenir la propriété du typographe P.-J. Pareur, qui ne parviendra pas à rétablir le cap.

Cote BNF (site François Mitterrand) : R-1176
Identifiant SUDOC 
: aucun

Référence secondaire : thèse, p. 69-71.

Science en famille (La) (1886-1900)

a

a

a

a

a

a

Bimensuel, 25 centimes ; fondé par Charles Mendel le 15 juillet 1886. Première occurrence d’un commerçant fondant un périodique de vulgarisation scientifique généraliste. Le contenu est un peu hétérogène : le titre bénéficie d’une équipe identifiable, Graffigny, Chaplot et René d’Héliécourt comptant parmi les noms les plus importants, mais il publie aussi beaucoup de textes de seconde main sans toujours signaler ses sources. Il se distingue cependant par une politique éditoriale novatrice : Mendel est ainsi le premier à instaurer un concours photographique au sein de La Science en famille. Au fil du temps, il spécialise le titre dans les récréations scientifiques et surtout dans la photographie, les réclames pour ses magasins demeurant omniprésentes. Mendel se spécialisant définitivement dans la photographie au cours des années 1890, on peut penser qu’il laisse dépérir La Science en famille pour se concentrer sur un autre périodique, Photo-Revue. La Science en famille cesse de paraître en 1900.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-716 (BNF site François Mitterrand), 4-JO-11906 (BNF site Arsenal), P 969 (CNAM).
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/039179559

Références primaires : A. Libert, « Tout le monde photographe », La Science en famille, 1886-1887, p. 6-7 ; « Aux amateurs photographes », La Science en famille, 1888, p. III.

Références secondaires : thèse, p. 283-287, 347-349 ; Lucie Goujard, L’Illustration des œuvres littéraires par la photographie d’après nature. Une expérience fondatrice d’édition photographique (1889-1914), thèse de doctorat, université Lille III Charles de Gaulle, Lille, 1999, p. 231-270.

Science et nature

(1883-1885)

Fondé le 1er décembre 1883 par J.-B. Baillière, ce périodique est un clone très bien réalisé de La Nature. Si la forme est irréprochable, le contenu demeure impersonnel. Les Baillière n’ont jamais publié de périodique de vulgarisation scientifique à l’usage du grand public. Lorsque J.-B. Baillière lance Science et nature, son neveu Germer Baillière vient de perdre la propriété de la Revue scientifique, titre à l’usage d’un public d’élite. Faut-il dès lors considérer Science et nature comme une tentative de rester présent coûte que coûte sur le terrain de la vulgarisation scientifique ?

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-536
Identifiant SUDOC :
http://www.sudoc.fr/039211207

Référence secondaire 
: thèse, p. 199-201.

Science française (La) (1890-1901)

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 16 pages, 10 centimes ; fondé chez L. Boulanger dans le courant de l’année 1890 ; reprend alors, en changeant la couverture de livraison, le contenu d’un périodique intitulé La Terre illustrée. Le périodique semble redémarrer sous la direction de Charles Simon le 8 mars 1891 : il s’inspire fortement de la maquette de La Science populaire d’Adolphe Bitard en proposant de grandes illustrations dont une couvrant deux pages en milieu de livraison. Le périodique affiche alors un important collège de rédacteurs mais il s’agit sûrement d’un effet d’annonce ; en 1893, il change de main pour revenir à T. Obalski, nouveau rédacteur en chef ; une fusion s’amorce entre La Science pour tous et la Science française ; le 17 janvier 1895 Émile Gautier prend officiellement les rênes du titre. Début 1897 La science française se constitue en société anonyme ; en 1899 un seul titre perdure, La Science française et La Science pour tous, mais la société se porte mal. Gautier disparaît du frontispice tandis que le titre semble repris courant 1899 par ses créanciers ; il disparaît le 23 juin 1901.

Cote BNF (site François Mitterrand) : FOL-R-226
Cote Gallica 
: NUMP-1425, URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328659030/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/038818477

Références primaires : « À nos lecteurs », pages de suppléments du 17 janvier 1895 ; Émile Gautier, « La Science française », La Science française, premier semestre 1895, p. 3 ; Émile Gautier, « En avant ! », ibid., premier semestre 1897, p. 289 ; Émile Gautier, « À nos lecteurs », ibid., premier semestre 1899, p. 1.

Référence secondaire : thèse, p. 352-355.

Science illustrée (La) (1875-1877)

a

a

a

Hebdomadaire, 8 pages, 10 centimes ; fondé – probablement par Adolphe Bitard – le 18 octobre 1875 au sein de la Librairie illustrée de Georges Decaux, ce périodique constitue l’un des volets d’une offensive médiatique de l’éditeur, avec Les Beaux-arts illustrés et Sur Terre et sur mer. Le contenu du périodique vise particulièrement les lecteurs de Sur Terre et sur mer, en s’intéressant surtout aux voyages scientifiques, à l’histoire naturelle, la botanique et la géologie. Dans un premier temps, la revue propose notamment des textes d’Adolphe Bitard, Félix Foucou, Élisée Reclus ou Louis Figuier, avant de faire appel de plus en plus régulièrement à des traductions. Le nombre d’illustrations diminue beaucoup au fil du temps. Le titre disparaît le 8 octobre 1877, probablement victime de l’immense succès de Sur Terre et sur mer, sur le point de devenir le fameux Journal des voyages. La Librairie illustrée lancera un autre essai sous le même nom de La Science illustrée, en 1887.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-96
Identifiant SUDOC 
: aucun

Référence secondaire : thèse, p. 183-185 ; Matthieu Letourneux et Jean-Yves Mollier, La Librairie Tallandier, Paris, Nouveau Monde, 2011, p. 57-126.

Science illustrée (La) (1887-1905)

a

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 16 pages, 15 centimes ; fondé le 1er décembre 1887 par Adolphe Bitard au sein de la Librairie illustrée ; le titre est un prolongement explicite du Journal des voyages, dont La Science illustrée veut être l’équivalent en matière de vulgarisation scientifique, chose que l’on vérifie par la présence de fiction. C’est un fait rare pour un périodique de ce type et La Science illustrée constitue de loin le titre le plus intéressant en la matière. Du point de vue de la maquette, il imite en revanche La Nature. Pratiquant une vulgarisation généraliste de qualité, il constitue de manière générale l’un des titres les plus importants de la période. Adolphe Bitard décède rapidement après le lancement : il est remplacé par Louis Figuier dès le n°17. En 1893 La Science illustrée se lance dans une politique de concours vouée à séduire les écoliers et les établissements d’enseignement ; Figuier décède en 1894 et le périodique peine à lui trouver un remplaçant charismatique. Il entame son déclin en 1898, moment où les fictions de seconde main (traduites) envahissent les livraisons. Racheté par Science, arts, nature en septembre 1903, le périodique ne parvient pas à rétablir la situation et disparaît courant 1905.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-767
Cote Gallica :
NUMP-5774, URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32865908q/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/160298415

Références primaires : A. Bitard, « Au lecteur », La Science illustrée, premier semestre 1888, p. 1 ; « Avis important », La Science illustrée, premier semestre 1888, p. 319 ; La Rédaction, « M. Louis Figuier », La Science illustrée, deuxième semestre 1894, p. 402.

Références secondaires : thèse, p. 189-192, 344-347 ; Matthieu Letourneux et Jean-Yves Mollier, La Librairie Tallandier, Paris, Nouveau Monde, 2011, p. 57-126 ; A. Hohnsbein, « Du Magasin d’éducation et de récréation à La Science illustrée »COnTEXTES, n°21, 2018.

Ressources internes : Liste des romans et nouvelles publiés dans La Science illustrée.

Science moderne (La)(1891-1893)

a

a

a

a

Hebdomadaire, 20 centimes ; Fondé en 1891 par Georges Brunel chez l’éditeur Bernard Tignol ; périodique de bonne qualité ne cherchant pas à innover particulièrement : outre des récréations scientifiques spécialement soignées et signées Paul Hisard, le titre propose à ses débuts une fiction signée H. de la Blanchère et intitulée Sous les eaux. L’expérience ne sera pas poursuivie, mais la présence de concours photographiques et généralistes marque la volonté d’être proche du lectorat populaire. En 1892, Brunel quitte le périodique, cédant la place à Georges Maneuvrier. Tignol aussi disparaît ; La Science moderne propose dès lors 16 pages de livraison, Maneuvrier étant omniprésent ; ce nouveau rédacteur en chef change souvent de secrétaire de rédaction et d’éditeur. Le 30 décembre 1893 Firmin Didot annonce cesser la publication du titre, Maneuvrier désirant quitter son poste. Les abonnés reçoivent automatiquement la Revue universelle des inventions nouvelles d’Henri Farjas en dédommagement.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-1043 
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/151121613

Référence primaire : Les éditeurs, « Quelques mots à nos lecteurs », La Science moderne, premier semestre 1892, p. 81.

Référence secondaire : thèse, p. 359-362.
Science photographique (La) (1890) Consulter PHLIT.org

Science pittoresque (La) (1860-1867)

a

a

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 8 pages ; fondé le 2 mai 1860 par Lucien Platt, le périodique succède immédiatement au Musée des sciences, volontairement interrompu pour annuler le risque d’être poursuivi devant les tribunaux par un savant mécontent. Le titre reprend la politique éditoriale du Musée des sciences ; en janvier 1861, Platt décide d’intégrer des « études historiques et même littéraires », ce qui est une erreur : courant 1861, la rédaction change de main pour revenir à Léon Garnier et Étienne Lambert, ce dernier disparaissant rapidement au profit d’E. Jalabert, qui reconnaît alors que le titre est en mauvaise condition. Les livraisons passent de 8 à 12 pages et proposent quelques articles de nature ésotérique. Le 5 décembre 1862, l’imprimeur Cosson rachète le périodique pour se rembourser partiellement des frais que le directeur ne peut plus rembourser. Un nouveau directeur, Ch. Rouge, reprend le périodique mais le cède dès 1865 à Eugène Lacroix et Auguste Jeunesse, qui, malgré un bon redressement dans le contenu, finissent par renoncer. Il s’agit de l’un des rares moments où les directeurs prennent le temps d’informer les lecteurs de l’impossibilité de poursuivre la publication.

Cote BNF (site François Mitterrand) : Z-4633-4639
Cote Gallica 
: NUMP-11447, URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34444428w/date
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/038598159

Références primaires
: « Préface à lire », La Science pittoresque, 1860-1861, p. 2 ; Lucien Platt, « Aux lecteurs de La Science pittoresque », ibid., 1860-1861, p. 273 ; « Avis à nos lecteurs », ibid., 1861-1862, p. 145 ; Eugène Lacroix, « À nos abonnés », ibid., 1866-1867, p. 273.

Référence secondaire 
: thèse, p. 65-69.

Science populaire (La) (1880-1884)

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 16 pages, 15 centimes ; fondé en février 1880 par Adolphe Bitard chez Ferdinand Jeanmaire. Ce périodique est représentatif de la situation intermédiaire dans laquelle le vulgarisateur professionnel se trouve alors : privilégiant la science dans son titre, il adopte une politique éditoriale qui concurrence en premier lieu le Journal des voyages. Le titre se caractérise à l’origine par la présence d’une illustration pleine page en couverture et d’une illustration occupant une double page centrale, ce qui en fait l’ancêtre du poster actuellement offert par nombre de périodiques. La Science populaire privilégie l’exotisme et l’aventure. Bitard lance courant 1880 deux autres titres, La Médecine populaire et L’Enseignement populaire ; il annonce alors que les trois périodiques doivent se réunir au sein d’une société sous la conduite de la Société des Villes d‘Eaux. La Société des journaux populaires illustrés est alors constituée. Début 1882, le tribunal de commerce la Seine dissout cependant cette société, Bitard disparaissant le 8 juin 1882 du frontispice ; jusqu’en octobre 1884, le titre passe de main en main avant de s’éteindre.

Cote BNF : FOL-R-65
Cote Gallica 
: NUMP-2868 , URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32865941j/date
Numérisé intégralement sur IRIS (manque le tout dernier numéro seulement) : http://iris.univ-lille1.fr/handle/1908/2675
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/169821730

Références primaires 
: Adolphe Bitard, « Au lecteur », La Science populaire, février-août 1880, p. 2 ; « À nos lecteurs et abonnés », La Science populaire, 1880-1881, p. 816.

Références secondaires : thèse, p. 186-188.

Ressources internes : « Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884)».

Science pour tous (La) (1855-1899)

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

Hebdomadaire, 8 pages, 10 centimes ; fondé le 13 décembre 1855 par Henri Lecouturier et géré par J. Collonge, le périodique calque sa maquette sur le Magasin pittoresque ; il est le premier à proposer des illustrations agréables et récurrentes, ce qui explique probablement l’évolution surprenante de L’Ami des sciences de Meunier à compter de 1856. Premier périodique à mettre en avant une équipe rédactionnelle et non une personnalité de vulgarisateur, La Science pour tous revendique la simplicité du langage employé et le refus de faire de la politique. La présence de Lecouturier explique la prédilection du titre pour l’astronomie et les sciences naturelles. Cependant, Lecouturier se retire très vite – pour quelle raison ? – pour fonder Le Musée des sciences, laissant la place à Jean Rambosson, lequel cède la place à Le Noir en 1858. Le Noir se retire rapidement et laisse le gérant originel, J. Collonge, seul maître du périodique : au bout du compte, c’est le gérant originel J. Collonge qui aura donc tenu la barre jusqu’en 1868, moment où Henri de Parville accepte de devenir rédacteur en chef du périodique… pendant trois mois seulement avant de se retirer. Collonge disparaît du frontispice quelques semaines plus tard. Le titre est repris par David Sauzéa et le Dr. Mary Durand le 19 septembre 1868 : tous deux peinent à le réhabiliter, la guerre de 1870 compliquant davantage la situation. La Science pour tous passe en 1877 aux mains de Paul Laurencin, qui réhabilite le titre en ciblant les enseignants et lançant une politique de primes agressive ; en 1880 Laurencin cède la place de gérant à Benjamin Lunel mais demeure rédacteur en chef ; en 1881 Lunel crée un supplément financier qui rencontre beaucoup de succès auprès du lectorat. La Science pour tous est toutefois repris en 1892 par Georges Brunel et le libraire Bernard Tignol, qui maintiennent une chronique financière et augmente la présence des récréations scientifiques ; Tignol et Brunel abandonnent rapidement le titre, qui fusionne en 1897 avec La Science française d’Émile Gautier ; à ce moment Gautier organise une société anonyme pour unir ces deux titres ; chaque livraison propose le même contenu mais les suppléments demeurent quant à eux originaux ; une fusion totale a lieu en 1899 : le titre devient La Science française et La Science pour tous. Le titre disparaît cependant rapidement. Périodique représentatif de la vulgarisation scientifique, La Science pour tous n’a jamais été le fleuron de ce corpus mais sa longévité et son sérieux en font un périodique connu et respecté. Preuve de cette influence, une Science pour tous réapparaîtra en 1909.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-78
Identifiant SUDOC :
http://www.sudoc.fr/038818450

Références primaires
: J. Collonge, « Aux lecteurs », La Science pour tous, 1856, p. 1 ; Lucien Platt, « Lecouturier. Sa vie et ses travaux », La Science pittoresque, 1860-1861, p. 137-139 ; Le Noir, « La science pour tous », La Science pour tous, 1858, p. 97 ; Henri de Parville, « Aux lecteurs », La Science pour tous, 1868, p. 218 ; « Aux lecteurs de la Science pour tous », La Science pour tous, 1877, p. 137 et 145 ; Paul Laurencin, « À nos lecteurs », La Science pour tous, 1878, p. 1 ; Paul Laurencin, « À nos lecteurs », La Science pour tous, 1879, p. 1 ; Ben-Jamin, « Revue financière », La Science pour tous, 1892, p. 378 ; Émile Gautier, « À nos lecteurs », La Science française et La Science pour tous, premier semestre 1899, p. 2.

Référence secondaire : thèse, p. 56-61, p. 214-217, p. 349-351.

Science pratique (La) (1885)

Mensuel, supplément aux Semaines catholiques des diocèses de Saint-Flour et d’Agen ainsi qu’à La Semaine religieuse d’Angoulême ; fondé le 25 avril 1885 par Gustave Picquoin. Ce titre se passe parfaitement de toute équipe rédactionnelle et se contente de voler le contenu des périodiques concurrents en se concentrant exclusivement sur les applications les plus domestiques de la science.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-V-2539 
Identifiant SUDOC : http://www.sudoc.fr/038377586

Référence secondaire : p. 193-194.

Science universelle (La) (1885)

Hebdomadaire fondé par Henry de Graffigny le 27 juillet 1885. Titre original mais anecdotique fonctionnant comme un assemblage relevant à la fois de la presse scientifique, de la presse mondaine et de la presse humoristique. Généralement, lorsque le frontispice comporte ce type de promesse, la science devient rapidement secondaire. Ce n’est pas le cas ici, la science demeurant bel et bien le domaine de prédilection du périodique. Cette science universelle fait cependant rapidement faillite. Graffigny s’engage ensuite au sein de La Science en famille de Charles Mendel.

Cote BNF : 4-R-932
Identifiant SUDOC 
: aucun

Référence secondaire 
: thèse, p. 194-196.

Science universelle (La) (1901)

Hebdomadaire, 15 centimes, 12 pages ; vraisemblablement fondé par Gabriel Domergue le 14 avril 1901, ce titre semble être la suite officieuse de La Science française, suite vraisemblablement lancée par des créanciers soucieux de se rembourser. La maquette est la même mais son originalité est de faire appel à quelques savants et rédacteurs provinciaux, ce qui est rarissime.

 

Cote BNF : FOL-JO-30882
Identifiant SUDOC 
: aucun

Référence secondaire 
: thèse, p. 356-357.

Sciences (Les) (1883)

Fondé par Léon Jaubert en juillet 1883, Les Sciences est l’organe officiel de l’Institut populaire du progrès, fondé par Jaubert et situé place du Trocadéro. Le périodique vise à reproduire les cours et conférences de l’Institut. Beaucoup de noms sont attachés au titre mais Jaubert semble cependant isolé dans sa démarche. La maquette est datée par rapport à la concurrence, le tarif de 30 centimes le numéro ne lui permettant pas d’être concurrentiel.

Cote BNF (site François Mitterrand) : FOL-R-148
Identifiant SUDOC 
: aucun

Référence secondaire : thèse, p. 192-193.

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

T

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

U

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

V

Vie scientifique (La)(1888-1901)

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

a

Henri Farjas fonde en 1888 la Revue universelle des inventions nouvelles : le titre est alors mensuel et coûte 50 centimes, revus à 60 par la suite ; il privilégie les sciences de l’ingénieur et propose une rubrique importante en tête de livraison intitulée « les inventions nouvelles ». Dans son contenu, il vise un lecteur bricoleur, inventeur et consommateur : chaque livraison compile un index volumineux des articles parus dans la presse concurrente ainsi que toutes les adresses de commerces et inventeurs susceptibles d’intéresser le lecteur, ce qui est inédit dans ce corpus ; sont aussi inclus un rappel des événements généraux du mois et le programme des théâtres. En décembre 1889, Farjas lance une édition bimensuelle à 5 centimes les 16 pages, qui inclut un feuilleton à ses débuts ; cette édition sera peu durable : courant 1891, elle se spécialise davantage dans les brevets et contient seulement 8 pages. Courant 1891, le titre principal est proposé en deux éditions : édition A pour tout le monde (60 centimes) et B, qui inclut l’édition A ainsi qu’un supplément spécialisé dans les questions légales et rédigé par Paul Farjas (1 fr. 20). Cette formule rencontrant le succès, l’édition A devient bimensuelle en mai 1891, tandis que des éditions B, C, D, E, F, G, mensuelles apparaissent, chacune spécialisée dans un domaine particulier. Une édition Z est aussi créée, qui les compile toutes pour 1 fr. 50. Fin 1893, l’éditeur Juven devient propriétaire du périodique et l’édition Z devient la norme, passant à 75 centimes pour 64 pages tandis que toutes les autres éditions disparaissent. Farjas est remplacé en août 1894 par A. Brun : le titre devient alors hebdomadaire et plus banal dans son contenu. Le 5 octobre 1895, il change de titre pour devenir La Vie scientifique : dirigé par Max de Nansouty, le périodique propose alors 20 pages de livraison pour 35 centimes ; le catalogue systématique disparaît définitivement et le titre devient plus traditionnel dans sa forme. Nansouty n’occupe pas fortement son périodique, lequel finit par fusionner en 1902 avec Science, arts, nature.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-V-2785 (référence unique pour la Revue universelle des inventions nouvelles – éditions mensuelle et hebdomadaire mélangées – et La Vie scientifique).
Cote Gallica : NUMP-9092 (Revue universelle des inventions nouvelles, édition mensuelle et hebdomadaire mélangées), URL :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32861682b/date
Identifiants SUDOC : http://www.sudoc.fr/03884205X (Revue universelle des inventions nouvelles, édition mensuelle) ; http://www.sudoc.fr/038842092 (Revue universelle des inventions nouvelles, édition hebdomadaire) ; http://www.sudoc.fr/038842122 (La Vie scientifique).

Référence secondaire : thèse, p.362-367.

Vulgarisateur de la photographie (Le)(1892-1910)

Consulter PHLIT.org

Vulgarisateur de la science (Le)(1882)

a

a

a

a

Titre de faible qualité dont nous n’avons pu consulter que le numéro 76 (28 juillet 1882). Établi au 29 de la rue des Mathurins, ce titre au contenu anonyme est dirigé par P. Mougeolle et n’est illustré qu’en couverture : la livraison comporte 16 pages, les deux dernières étant consacrées à « La Semaine politique et financière » ainsi qu’à des réclames étonnantes.

Cote BNF (site François Mitterrand) : 4-R-668 
Identifiant SUDOC : aucun

Référence secondaire : thèse, p.192.

Vulgarisation scientifique (La) (1903 et 1905-1907)

a

a

a

a

a

Mensuel, 28 pages, 70 centimes ; fondé le 15 janvier 1903 par l’éditeur Octave Doin ; c’est le premier titre à s’orienter résolument vers ce que sera la presse de vulgarisation scientifique telle que nous la connaissons : pure créature d’éditeur, le périodique fait volontairement appel à des vulgarisateurs professionnels ; abandonnant la politique des concours et des récréations scientifiques, ne favorisant pas spécialement la photographie, le vélocipède ou le boursicotage, le titre se veut en premier lieu utilitaire et cherche à répondre aux attentes des lecteurs ayant un peu de temps à consacrer à une activité qui ne soit ni de labeur, ni de loisir. La Vulgarisation scientifique cesse de paraître pendant l’année 1904 ; lorsqu’elle reparaît en 1905, le Dr. G. Bardet est signalé comme rédacteur en chef, le papier et la qualité d’impression sont d’excellents niveaux et évoquent nos magazines actuels. Il disparaît cependant en 1907. Le tarif était-il trop élevé ?

Cote BNF (site François Mitterrand) : FOL-R-494
Identifiant SUDOC 
: http://www.sudoc.fr/039192741

Référence primaire
 
: « Notre programme », La Vulgarisation scientifique, 1903, p. I (supplément compilé en fin de tome, avant les couvertures) ; « Avis de l’éditeur », La Vulgarisation scientifique, 1905, p. 1.

Référence secondaire : thèse, p. 377-380.

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

W

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

X

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

Y

Retour en haut

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T     V   W   X   Y   Z

Z