Les illustrations de La Nature : approche quantitative

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Les illustrations de La Nature : approche quantitative," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 18/09/2019, URL : https://lasciem.hypotheses.org/223.

[Version pdf disponible ici]

Fondé par Gaston Tissandier en 1873, La Nature est le périodique de vulgarisation scientifique le plus prestigieux du XIXe siècle. Secondé par l’éditeur Masson, Tissandier bénéficie de moyens plus élevés que la concurrence, ce qui se traduit par une supériorité écrasante tant dans le nombre que dans la qualité des illustrations. Grâce aux outils mis en place par le Conservatoire numérique des Arts et Métiers (Cnum), la relation texte/image au sein de La Nature peut bénéficier d’une première approche quantitative.

Continuer la lecture de « Les illustrations de La Nature : approche quantitative »

Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884)

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884)," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 18/09/2019, URL : https://lasciem.hypotheses.org/189.

[Version pdf disponible sur ici]

Le fonctionnement éditorial de la presse de vulgarisation scientifique du XIXe siècle se donne rarement à voir, et pour cause : nombre de périodiques sont si précaires qu’ils parviennent rarement à occuper durablement le même local. Quant aux équipes rédactionnelles, elles sont souvent difficiles à cerner. Pseudonymie, anonymat et réemploi de textes parus ailleurs sont des pratiques courantes. Au cours du second XIXe siècle, il n’y a guère que La Nature ou la Revue scientifique à pouvoir publier infailliblement un contenu inédit et de qualité à la fois élevée et régulière – ce dernier aspect impliquant une équipe de rédacteurs et d’illustrateurs développée.

Comme nombre de secteurs médiatiques, la presse de vulgarisation scientifique représente un corpus assez important, ce qui oblige à se focaliser sur les publications centrales afin de déterminer des lignes de force. Les titres secondaires ont évidemment leur importance, non seulement parce qu’ils offrent un complément ou un contre-point intéressant à l’histoire des titres prestigieux, mais aussi parce qu’ils ont recours à des pratiques éditoriales pouvant être originales, risquées et occasionnellement suicidaires. Autrement dit, ces périodiques ouvrent des espaces d’expérimentation éditoriale d’une grande richesse pour la compréhension générale des pratiques de vulgarisation scientifique au XIXe siècle. La constance éditoriale n’étant pas leur point fort, ils tendent à durer quelques mois, assez rarement une ou deux années.

Continuer la lecture de « Vie et mort d’un hebdomadaire de vulgarisation scientifique : dans les cuisines de La Science populaire (1880-1884) »

La science en mouvement

Lorsqu’il fonde La Nature en 1873, Gaston Tissandier contribue directement à l’entrée de la presse de vulgarisation scientifique dans son âge d’or. C’est grâce à lui que les « récréations scientifiques » deviennent si populaires et que de nombreux savants acceptent de se livrer sans arrière-pensée à la vulgarisation de leur savoir. Dès sa fondation, La Nature est tenante d’une science à la fois rigoureuse, pittoresque et ludique. Cette formule sera maintes fois imitée et souvent amplifiée jusqu’au déséquilibre, des titres tels que La Science en famille, publié tout le long des années 1890, tendant par exemple à transformer la science en loisir. L’équilibre même de la formule inaugurée par le périodique La Nature lui permettra d’être publié jusqu’en 1972, moment où il fusionne avec La Recherche.

Suivre le fil chronologique de la presse de vulgarisation scientifique, étudier ses changements de méthodes éditoriales, son positionnement vis-à-vis d’objets scientifiques tendant à s’autonomiser à la toute fin du XIXe siècle pour donner naissance en partie à une presse de loisirs que l’on peut encore lire aujourd’hui (photographie, automobile, santé, etc.), tout cela fait partie des sujets que nous pourrons aborder dans ce carnet de recherche. L’objectif est donc de rendre compte de mes recherches sur la presse de vulgarisation scientifique, ses mutations, son influence sur certains types de publications encore distribuées de nos jours chez les buralistes, et plus largement son influence sur notre culture populaire.

D’un point de vue pratique, les billets seront principalement pensés pour proposer des compléments iconographiques et des remarques ou analyses que je n’aurai pas eu la place ou le temps de développer dans le cadre de publications diverses ou de participation à des colloques, journées d’étude, etc.

Ce carnet vise aussi à proposer des outils, documents, ressources et répertoires facilitant les travaux de recherche sur les auteurs, les périodiques et les divers ouvrages de vulgarisation scientifique. Les ressources proposées sur ce site sont pour la plupart issues des annexes de ma thèse, dirigée par Christine Planté et Delphine Gleizes, soutenue en 2016 et intitulée La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903). Ces ressources sont appelées à s’étoffer au fil du temps, l’objectif étant d’y intégrer progressivement les périodiques, ouvrages et auteurs du XXe siècle : des titres tels que La Nature, Cosmos ou La Revue scientifique perdurant au-delà des années 1940, il est légitime de s’interroger sur leur évolution et l’influence qu’ils ont pu conserver (ou perdre) sur une concurrence en renouvellement permanent.

La thèse porte initialement sur la presse de vulgarisation spécialisée dans les sciences et la presse photographique : si ces deux types de publications demeurent centraux, les ressources à venir pourront inclure la presse de vulgarisation généraliste (Magasin pittoresque, L’Illustration, Je sais tout, etc.) et la presse spécialisée (L’Electricité, L’Astronomie, etc.). Les ouvrages de vulgarisation scientifique qui paraissent en librairie s’inscrivent souvent dans des collections directement apparentées à des périodiques (typiquement, la Bibliothèque de La Nature ou La Bibliothèque des merveilles pour le Magasin pittoresque) : nous pourrons aussi traiter ce type d’ouvrages.