La science en mouvement

Lorsqu’il fonde La Nature en 1873, Gaston Tissandier contribue directement à l’entrée de la presse de vulgarisation scientifique dans son âge d’or. C’est grâce à lui que les « récréations scientifiques » deviennent si populaires et que de nombreux savants acceptent de se livrer sans arrière-pensée à la vulgarisation de leur savoir. Dès sa fondation, La Nature est tenante d’une science à la fois rigoureuse, pittoresque et ludique. Cette formule sera maintes fois imitée et souvent amplifiée jusqu’au déséquilibre, des titres tels que La Science en famille, publié tout le long des années 1890, tendant par exemple à transformer la science en loisir. L’équilibre même de la formule inaugurée par le périodique La Nature lui permettra d’être publié jusqu’en 1972, moment où il fusionne avec La Recherche.

Suivre le fil chronologique de la presse de vulgarisation scientifique, étudier ses changements de méthodes éditoriales, son positionnement vis-à-vis d’objets scientifiques tendant à s’autonomiser à la toute fin du XIXe siècle pour donner naissance en partie à une presse de loisirs que l’on peut encore lire aujourd’hui (photographie, automobile, santé, etc.), tout cela fait partie des sujets que nous pourrons aborder dans ce carnet de recherche. L’objectif est donc de rendre compte de mes recherches sur la presse de vulgarisation scientifique, ses mutations, son influence sur certains types de publications encore distribuées de nos jours chez les buralistes, et plus largement son influence sur notre culture populaire.

D’un point de vue pratique, les billets seront principalement pensés pour proposer des compléments iconographiques et des remarques ou analyses que je n’aurai pas eu la place ou le temps de développer dans le cadre de publications diverses ou de participation à des colloques, journées d’étude, etc.

Ce carnet vise aussi à proposer des outils, documents, ressources et répertoires facilitant les travaux de recherche sur les auteurs, les périodiques et les divers ouvrages de vulgarisation scientifique. Les ressources proposées sur ce site sont pour la plupart issues des annexes de ma thèse, dirigée par Christine Planté et Delphine Gleizes, soutenue en 2016 et intitulée La Science en mouvement. La presse de vulgarisation scientifique au prisme des dispositifs optiques (1851-1903). Ces ressources sont appelées à s’étoffer au fil du temps, l’objectif étant d’y intégrer progressivement les périodiques, ouvrages et auteurs du XXe siècle : des titres tels que La Nature, Cosmos ou La Revue scientifique perdurant au-delà des années 1940, il est légitime de s’interroger sur leur évolution et l’influence qu’ils ont pu conserver (ou perdre) sur une concurrence en renouvellement permanent.

La thèse porte initialement sur la presse de vulgarisation spécialisée dans les sciences et la presse photographique : si ces deux types de publications demeurent centraux, les ressources à venir pourront inclure la presse de vulgarisation généraliste (Magasin pittoresque, L’Illustration, Je sais tout, etc.) et la presse spécialisée (L’Electricité, L’Astronomie, etc.). Les ouvrages de vulgarisation scientifique qui paraissent en librairie s’inscrivent souvent dans des collections directement apparentées à des périodiques (typiquement, la Bibliothèque de La Nature ou La Bibliothèque des merveilles pour le Magasin pittoresque) : nous pourrons aussi traiter ce type d’ouvrages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.