Les illustrateurs de La Nature : Henriot

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Les illustrateurs de La Nature : Henriot," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 18/11/2019, URL : https://lasciem.hypotheses.org/539.

 

[Version pdf disponible ici]

Cet article contient de nombreuses illustrations extraites de la version numérisée de La Nature. Source : Cnum – Conservatoire numérique des Arts et Métiers – http://cnum.cnam.fr

La Nature est un périodique de vulgarisation scientifique prestigieux, qui ne refuse pas d’employer l’humour, mais qui cherche à en maîtriser les effets. Nous avons eu l’occasion de montrer que la première collaboration de La Nature avec Albert Robida, pour aussi riche qu’elle soit, a nécessité certains aménagements éditoriaux. La tonalité particulière des planches du caricaturiste aura notamment poussé le périodique à les reproduire non pas dans le corps des livraisons, mais à sa périphérie, dans le supplément Nouvelles scientifiques. Il ne s’agit pas tant d’un désaveu que d’une volonté de maintenir une tonalité homogène au sein du numéro, tout en faisant des suppléments un passage incontournable pour le lecteur : une planche de Robida est assurément un excellent argument de vente.

La collaboration du Toulousain Henri Maigrot, dit Henriot, s’inscrit dans cette logique, à ceci près qu’il joue très visiblement les doublures de Robida : le premier collabore avec La Nature de 1891 à 1905 et produit plus de 60 planches, tandis que le second n’y publie que 17 planches entre 1898 et 1904. En termes de longévité et de productivité, Robida le dépasse donc incontestablement. Henriot n’est pourtant pas un illustrateur de second rang : actif au sein du Charivari depuis 1884, il en prend la direction en 1890, cette nouvelle décennie lui permettant aussi de collaborer avec divers titres tels que le Journal amusant, le Journal pour rire, le Petit Français illustré et La Nature. À tout point de vue, Henriot est un illustrateur de premier plan. Cela n’empêche pas que La Nature privilégie sa relation avec Robida : si l’on compare la production de l’un et de l’autre, on s’aperçoit effectivement que l’apparition d’Henriot en 1898 correspond à un départ temporaire de Robida. Le petit tableau ci-dessous montre qu’après une phase d’intérim assez évidente (1898-1899), Henriot et Robida entrent en concurrence d’un point de vue quantitatif (1900), Robida reprenant la main la main de 1901 à 1905.

Volume Nombre de planches : Robida Nombre de planches : Henriot
1898 semestre 1 1
1898 s2 3
1899 s1 3
1899 s2 2 1
1900 s1 2 3
1900 s2 3 2
1901 s1 2
1901 s2 3 1
1902 s1 3
1902 s2 3 2
1903 s1 4
1903 s2 3
1904 s1 3
1904 s2 2 1
1905 s1 2
1905 s2
Total 32 17

On peut s’interroger sur le caractère inédit de cette production. Deux éléments permettent finalement de trancher en faveur d’une production conçue spécialement pour La Nature. Tout d’abord, le périodique opte visiblement pour une banalisation de ces planches au tournant du siècle : si les planches d’Henriot ne sont jamais signalées comme inédites, celles de Robida cessent aussi d’être valorisées de la sorte à compter du second semestre 1900. Il semblerait donc qu’à compter de ce moment La Nature considère ce type de planches non plus comme une plus-value éditoriale, mais comme une simple composante de ses livraisons : il irait presque de soi que Robida ou Henriot produisent des planches pour La Nature. Ensuite, outre les thématiques scientifiques aisées à identifier, la toute dernière planche d’Henriot, intitulée « La physiologie du goût » (parue dans les Nouvelles scientifiques du 8 octobre 1904, n°1637 de La Nature), est un savoureux exercice d’anticipation situant le cadre par la mention « (On lit dans La Nature du 15 juillet 2002) ». Cela ne garantit pas absolument que la planche ait été conçue pour La Nature mais le clin d’œil est tout de même assez spécifique. On peut donc raisonnablement penser que les planches d’Henriot parues dans La Nature sont inédites.

Henriot produit sa dernière planche pour le supplément de La Nature en 1904, Robida en 1905. Ce coup d’arrêt est probablement porté par la direction du périodique, qui entame en 1906 une rénovation approfondie de la maquette, impliquant notamment l’usage de plus en plus voyant de la photogravure. Faut-il en déduire que le style graphique de ces planches ne correspondait plus à l’esprit de la nouvelle maquette ? Henriot n’en poursuivra pas moins une très belle carrière puisque, de 1902 jusqu’à son décès en 1933, il produit régulièrement des planches pour L’Illustration, et trouve le temps de fonder en 1915 le périodique À la baïonnette*.

Les planches d’Henriot dans Les Nouvelles scientifiques
(supp. de La Nature)

*Pour zoomer :  cliquer sur la miniature, puis clic droit, “ouvrir l’image dans un nouvel onglet”.

1898 semestre 1 « Au pôle Nord en tire-bouchon », Nouvelles scientifiques, 1898 s1, p. 75.

Illustrations

1898 s2 « Phono-télépathie », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1898, p. 7.

« Le para-photo », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1898, p. 51.

« Nouvelles applications de l’air liquide », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1898, p. 95.

1899 s1 « L’avenir de l’Afrique », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1899, p. 11.

« Circulez ! », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1899, p. 51.

« Ménagerie anglaise », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1899, p. 103.

1899 s2 « Correspondance avec les astres », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1899, p. 83.

1900 s1 « La direction des bolides », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1900, p. 91.

« Le pain artificiel », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1900, p. 75.

« Cures d’air », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1900, p. 95.

1900 s2 « Le chien cycliste », Nouvelles scientifiques », deuxième semestre 1900, p. 27.

« Le démontable », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1900, p. 47.

1901 s2 « Une prochaine séance à l’Académie de médecine », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1901, p. 63.

1902 s2 « Derniers brevets d’invention », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1902, p. 59.

« Souvenirs de vacances », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1902, p. 79.

1904 s2 « La physiologie du goût », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1904, p. 75.

*Pour un panorama plus large de l’œuvre d’Henriot, consulter Guy Costes et Joseph Altairac, Rétrofictions, Paris, Encrage, 2018, p. 933-945.

Texte rédigé en complément de : A. Hohnsbein, « Les Merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle », in Hélène Campaignolle, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa dir., Illustrer ?, actes du colloque à paraître dans la revue textimage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.