Les illustrations de La Nature : approche quantitative

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Les illustrations de La Nature : approche quantitative," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 14/12/2019, URL : https://lasciem.hypotheses.org/223.

[Version pdf disponible ici]

Fondé par Gaston Tissandier en 1873, La Nature est le périodique de vulgarisation scientifique le plus prestigieux du XIXe siècle. Secondé par l’éditeur Masson, Tissandier bénéficie de moyens plus élevés que la concurrence, ce qui se traduit par une supériorité écrasante tant dans le nombre que dans la qualité des illustrations. Grâce aux outils mis en place par le Conservatoire numérique des Arts et Métiers (Cnum), la relation texte/image au sein de La Nature peut bénéficier d’une première approche quantitative.

Une numérisation de grande valeur : les apports du Cnum
Intérêt des légendes dans l’étude quantitative des illustrations de La Nature
Tableau des occurrences

Frontispice de La Nature (Source : Cnum – Conservatoire numérique des Arts et Métiers – http://cnum.cnam.fr)

Une numérisation de grande valeur : les apports du Cnum

Le périodique La Nature est joliment mis en valeur par la numérisation du Conservatoire numérique des Arts et Métiers. Les pages scannées respectent correctement les nuances de gris et les fichiers produits pèsent peu, ce qui permet de naviguer rapidement d’une page à l’autre à l’aide de la liseuse intégrée. Si l’on perd inévitablement le plaisir de la manipulation des volumes, l’efficacité de la recherche est grandement augmentée : outre une numérisation complète des tables des matières permettant la recherche de mots-clés, le Cnum offre la possibilité de visionner les pages sous forme de vignettes (excellent moyen de repérer les moments atypiques dans le maquettage du périodique). Surtout, il inclut une table des illustrations, outil essentiel qui ne figure pas dans les recueils originaux.

Grâce à la présence de ces nouvelles tables, il devient possible d’analyser plus précisément le régime des images au sein de La Nature : si chaque volume compte toujours 413 pages (à l’exception des volumes à peine plus épais du premier semestre 1901 et du premier semestre 1913), le nombre d’illustrations par volume oscille entre 214 et 431 pour la période 1873-1905, qui constitue notre période de référence (nous reviendrons plus bas sur la raison d’être d’une telle borne chronologique) : au bas mot, chaque volume propose l’équivalent d’au moins une image pour deux pages, la majorité des volumes se situant le plus souvent dans les 300 images (voir le tableau en fin d’article). C’est énorme : rares sont les concurrents à faire aussi bien en termes de quantité. La Science illustrée, que fonde Adolphe Bitard en 1888 et que Louis Figuier reprendra l’année suivante, est peut-être le seul à produire autant, mais la qualité esthétique des gravures est plus variable.

Précisons que ces tables des illustrations doivent être utilisées avec prudence si l’on souhaite se livrer à une opération de décompte : la façon dont les légendes sont rédigées pour la période 1873-1905 contribue occasionnellement à tromper le logiciel employé pour créer les tables. Souvent, une page de La Nature proposera deux ou trois images, lesquelles seront commentées au sein d’une seule et même légende. Par conséquent, le logiciel de référencement échoue parfois à séparer chaque illustration. Le tableau que nous produisons à la fin de ce texte s’appuie donc sur des chiffres marginalement erronés : sachant que plusieurs images comptent parfois pour une seule, notre estimation sous-évalue légèrement le poids réel de l’image dans les volumes. Il s’agit bien ici d’une première approche quantitative, qui demandera à être affinée par la suite.

Intérêt des légendes dans l’étude quantitative des illustrations de La Nature

Si le nombre d’images permet de valider la place centrale de La Nature au sein d’un corpus assez large (plus d’une trentaine de titres), les légendes employées permettent aussi de distinguer le périodique de ses concurrents. La plupart du temps, comme dans tout périodique de vulgarisation scientifique, les légendes présentent simplement l’objet sans proposer davantage d’informations ; il arrive cependant que La Nature prenne la peine de signaler l’origine du modèle. Il s’agit d’une autre spécificité du périodique, qui se distingue par le souci de signaler sa maîtrise de la chaîne de production des images. Il n’est pas rare de voir que telle illustration est réalisée « d’après un dessin », « d’après une peinture », « d’après une aquarelle », les occurrences les plus fréquentes concernant principalement les formules « d’après nature » et « d’après une/des photographie.s ».

Le tableau reproduit plus bas met en regard le nombre total d’images avec les occurrences de trois types de formules récurrentes employant ce « d’après ». On constate que, si la majorité des illustrations bénéficie d’une légende ne précisant pas le modèle, la présence des « d’après » reste assez stable dans le temps, ce qui est aussi valable pour la petite proportion d’images réalisées « d’après nature », le nom de l’auteur figurant fréquemment dans la légende : si elles demeurent peu nombreuses, ces images mettent l’accent sur le fait que La Nature a les moyens de recourir à des dessinateurs jouant le rôle d’envoyés spéciaux.

On constate de même que la formule « d’après une [ou des] photographie [s] » est de très loin la plus employée, accompagnant très visiblement les progrès techniques de la photographie : les années 1880-1890 marquent le pic de ces occurrences, ce qui rend très visible d’une part l’impact du gélatino-bromure d’argent sur les pratiques photographiques (ce procédé chimique facilite l’usage de la photographie en permettant d’opérer à main levée), et met en valeur les relations de La Nature avec certains membres du futur Photo-Club de Paris (créé en 1891), dont les noms ornent de plus en plus fréquemment les légendes de certaines illustrations à compter du second semestre 1887 (53 illustrations « d’après une/des photographie.s » sur un total de 69 « d’après »).

La période 1873-1905 est donc marquée par l’attention particulière que porte La Nature aux légendes de ses illustrations. Les choses changent rapidement à compter de 1906, moment où la photogravure vient bouleverser les pratiques du périodique : facile d’usage et moins coûteuse, elle fait exploser le nombre d’illustrations. Ainsi, entre 1906 et 1914, les volumes incluront fréquemment plus de 600 ou 700 images. Le bouleversement visuel est radical, tant dans la maquette que dans le rendu des illustrations ; il impose par ailleurs une clarification dans l’usage des légendes (qui sont dès lors aisément décomptées par le logiciel employé par le Cnum). L’augmentation du nombre d’images s’accompagne manifestement de leur banalisation : l’usage des différents types de « d’après » pâtit très lourdement de ce changement de technologie, les légendes devenant impersonnelles. La Nature perd ici un moyen efficace de se distinguer de la concurrence ; c’est d’autant plus remarquable que, passé 1905, le périodique se détache de ses figures tutélaires : Gaston Tissandier est décédé et son successeur Henri de Parville vient de prendre sa retraite, laissant les clés du périodique à un comité de rédaction. Lorsque survient la guerre, La Nature a encore de belles décennies à vivre, mais le périodique est moins bien armé face à la concurrence nouvelle de périodiques tels que La Science et la vie.

Texte rédigé en complément de : A. Hohnsbein, « Les Merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle », in Hélène Campaignolle, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa dir., Illustrer ?, actes du colloque à paraître dans la revue textimage.

Tableau des occurrences

Les illustrations « d’après » dans La Nature

Volumes de La Nature Nombre total d’images par volume Nombre total  de « d’après » dans les légendes Images réalisées « d’après nature » Illustrations réalisées « d’après une/des photo- graphie.s »

 

1873 s2 227 15 1 2
1874 s1 214 14 1 5
1874 s2 357 29 5 9
1875 s1 314 46 8 25
1875 s2 301 33 6 14
1876 s1 292 50 7 21
1876 s2 269 55 7 11
1877 s1 276 67 6 15
1877 s2 311 43 5 13
1878 s1 301 48 7 14
1878 s2 307 31 8 8
1879 s1 285 28 6 8
1879 s2 285 49 8 12
1880 s1 313 45 12 13
1880 s2 339 42 6 11
1881 s1 311 35 4 13
1881 s2 320 33 4 12
1882 s1 321 53 4 21
1882 s2 362 56 8 30
1883 s1 337 58 6 34
1883 s2 307 50 10 24
1884 s1 333 39 1 20
1884 s2 340 49 10 26
1885 s1 346 68 11 36
1885 s2 350 63 8 37
1886 s1 374 79 21 35
1886 s2 358 76 11 53
1887 s1 385 75 1 43
1887 s2 407 69 3 53
1888 s1 388 84 9 38
1888 s2 393 58 7 28
1889 s1 414 79 8 47
1889 s2 366 90 8 67
1890 s1 404 67 5 51
1890 s2 353 84 1 62
1891 s1 393 85 10 61
1891 s2 419 107 11 75
1892 s1 382 80 6 54
1892 s2 384 110 4 85
1893 s1 368 76 5 59
1893 s2 337 113 3 97
1894 s1 397 92 4 64
1894 s2 379 93 4 78
1895 s1 414 78 12 44
1895 s2 362 77 3 61
1896 s1 421 70 4 52
1896 s2 382 77 5 48
1897 s1 327 38 5 27
1897 s2 363 34 2 21
1898 s1 429 31 2 21
1898 s2 431 29 2 18
1899 s1 430 26 1 21
1899 s2 395 29 3 20
1900 s1 420 15 0 9
1900 s2 391 13 0 8
1901 s1 402 10 0 5
1901 s2 395 15 0 8
1902 s1 385 19 0 16
1902 s2 427 35 1 27
1903 s1 409 11 0 7
1903 s2 409 20 3 16
1904 s1 415 23 0 12
1904 s2 387 22 0 9
1905 s1 396 21 1 4
1905 s2 366 10 0 4
1906 s1 576 13 0 2
1906 s2 577 7 0 0
1907 s1 623 17 0 0
1907 s2 628 16 0 2
1908 s1 694 19 0 1
1908 s2 687 4 0 1
1909 s1 735 11 3 0
1909 s2 727 23 0 0
1910 s1 527 18 0 0
1910 s2 502 4 0 1
1911 s1 622 18 0 3
1911 s2 656 16 0 0
1912 s1 705 12 0 0
1912 s2 727 16 0 4
1913 s1 698 17 2 0
1913 s2 730 10 1 0
1914 s1 769 19 0 0


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.