Les illustrateurs de La Nature : Albert Robida

Pour citer ce texte : Axel Hohnsbein, "Les illustrateurs de La Nature : Albert Robida," carnet de recherche La science en mouvement, consulté le 29/07/2021, URL : https://lasciem.hypotheses.org/219.

 

[version pdf disponible ici]

Cet article contient de nombreuses illustrations extraites de la version numérisée de La Nature. Source : Cnum – Conservatoire numérique des Arts et Métiers – http://cnum.cnam.fr

Entre 1891 et 1905, Albert Robida a produit près d’une soixantaine de planches pour La Nature de Gaston Tissandier. Passé à la postérité pour l’originalité de sa production en matière d’anticipation, Robida est alors principalement connu pour ses talents en matière de fantaisie et d’humour. Lorsqu’il entame sa collaboration avec La Nature, l’artiste a déjà produit les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul (1879) ainsi que ses deux grands chefs-d’œuvre, Le Vingtième Siècle (1883) et La Guerre au vingtième siècle (1887). Directeur de la Librairie illustrée, Georges Decaux est alors son éditeur principal. Possédant un catalogue aussi large que varié, Decaux publie quantité de périodiques : c’est chez lui que Robida fonde La Caricature en 1880, titre qu’il dirigera plus de dix ans. Favorisant la circulation des contenus entre son catalogue de librairie et ses périodiques, Decaux publiera dès 1892 La Vie électrique de Robida en volume relié et en feuilleton dans La Science illustrée – un concurrent direct de La Nature ayant la rare particularité de proposer des romans et fictions en feuilletons. Passé 1892, Robida élargit ses collaborations et se montre moins fidèle à son éditeur traditionnel.

On pourrait en déduire qu’en recrutant Robida, La Nature cherche à déposséder La Science illustrée (et surtout Decaux) d’un auteur prolifique aimé du grand public. Le périodique de Tissandier ne cherche cependant pas à imiter ses concurrents : Robida semble effectivement intéresser La Nature non pas pour ses qualités de caricaturiste, mais pour ses connaissances en matière d’histoire populaire et son intérêt pour les métiers, l’architecture et les modes de vie traditionnels. Avant même d’être connu pour ses récits d’anticipation, Robida avait effectivement déjà produit Les Vieilles Villes d’Italie (1878) et Les Vieilles Villes d’Espagne (1880) ; au sein d’une production toujours riche et variée, les années 1890 marquent un certain retour à cette première veine, Robida entamant par exemple son étude de La Vieille France tout en s’apprêtant à publier Paris de siècle en siècle (1895). Les premières vignettes et planches qu’il donne à La Nature relèvent de cette catégorie. Le périodique de Tissandier cherche visiblement à trouver une autre manière d’employer un illustrateur de talent déjà connu des amateurs de sciences.

Robida dans La Nature : période 1
Robida dans La Nature : période 2

Robida dans La Nature : période 1

Les premières images de Robida dans La Nature paraissent au cours du premier semestre 1891 : il s’agit de vignettes illustrant un article de Félix Hément intitulé « Les jeux à l’école » ; il illustre aussi un second article au cours du deuxième semestre 1893, écrit par Stanislas Meunier et traitant d’« Un coup de mer à Morsalines ». Robida apparaît aussi au cours de cette période dans la rubrique « Bibliographie » du supplément Nouvelles scientifiques. Le supplément rend compte de ses ouvrages à valeur historique, quelques illustrations pouvant être présentées pour l’occasion (voir Mesdames nos aïeules et La Vieille France). De même, Robida peut aussi proposer des « croquis inédits » traitant par exemple des diverses activités que l’on mène « Au bord de la mer », de « La chasse en France » ou des méthodes de fabrication du cidre. Entre 1891 et 1893, Robida peut donc aussi bien jouer les illustrateurs pour le corps de la revue, être le sujet d’une brève chronique bibliographique, que proposer une planche inédite.

 

 Robida & La Nature, première période : 1891-1893

Pour zoomer sur les images : pointer la miniature, clic droit, « ouvrir le lien dans un nouvel onglet »

1. Vignettes « Les jeux à l’école », La Nature, premier semestre 1891, p. 348.

2-5. Vignettes sur le même sujet, La Nature, deuxième semestre 1891, p. 4445.

6. Gravures extraites du livre Mesdames nos aïeules, Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1891, p. 7.

7. « Au bord de la mer », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1891, p. 39.

8. Gravure extraite du livre La Vieille France, Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1891, p. 59.

9. « La chasse en France », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1891, p. 71.

10. Vignette « Dégradation du rivage de la mer à Morsalines. Attaque des vagues. (Dessin de M. A. Robida, d’après nature) », La Nature, deuxième semestre 1893, p. 405.

11. « Le cidre », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1893, p. 95.

Robida dans La Nature : période 2

À compter de 1894, La Nature sait clairement comment employer les talents de Robida : à compter de ce moment, il figure exclusivement dans les pages du supplément Nouvelles scientifiques, et se concentre sur la production de planches inédites reproduites en pleine page. On comprend ici que le périodique abandonne l’idée de confier à Robida l’illustration d’articles dans le corps des livraisons, comme il avait pu le faire précédemment avec Hector Giacomelli. En offrant à Robida un espace à part dans les suppléments, La Nature valorise évidemment sa relation avec les lecteurs, qui feuillettent probablement ces pages anecdotiques avec un intérêt renouvelé, tout en laissant à l’artiste la possibilité de varier de ton comme il lui plaît. À peine ce nouvel équilibre trouvé, Robida diversifie le contenu de ses planches pour renouer avec la fantaisie drolatique : « Tribulations photographiques » – sa première planche de 1894, montre par exemple les erreurs et malheurs d’amateurs photographes qui tantôt essuient une copieuse averse, tantôt se font charger par d’irascibles vaches. Robida opte cependant ici pour représenter des incidents comiques mais somme toute réalistes, chose qu’il renouvelle en 1895 avec « Cyclistes et animaux », qui succède à des planches plus sérieuses où la vulgarisation se mêle à une réflexion sur le passage du temps et l’usage technique des ressources naturelles.

Les variations de tonalité demeurent assez imprévisibles, quelques planches pouvant se succéder de façon à créer de brèves séries. Robida s’attache cependant à rompre tout effet d’organisation trop marqué, le comique et le sérieux se succédant souvent de façon abrupte d’un numéro à l’autre. Il est dès lors peu utile de vouloir distinguer des périodes au sein de sa production couvrant les années 1894-1905. Sa passion pour les moyens de transports devient de plus en plus visible au fil du temps et, à mesure que l’on pénètre dans le xxe siècle, la ville, ses rues et ses espaces d’exposition tendent à prendre la main sur les espaces et les pratiques pittoresques de la vieille France. Cette évolution s’accompagne d’une nette augmentation de la fantaisie humoristique et d’un retour marqué à l’anticipation.

 Robida et La Nature, deuxième période : 1894-1905

Pour zoomer sur les images : pointer la miniature, clic droit, « ouvrir le lien dans un nouvel onglet »

12. « Tribulations photographiques », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1894, p. 43.

13. « La vie d’un bateau », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1894, p. 7.

14. « Les arbres martyrs », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1894, p. 91.

15. « Vieilles industries pittoresques », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1895, p. 27.

16. « Cyclistes et animaux », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1895, p. 63.

17. « Demain – Voitures nouvelles à moteurs divers », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1895, p. 7.

18. « Le long des berges », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1895, p. 55.

19. « Essais d’utilisation. – Fantaisies de la pédale », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1895, p. 83.

20. Gravures extraites de Paris de siècle en siècle, Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1895, p. 95.

21. « D’après nature », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1895, p. 107.

22. « Variations sur les rayons X », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1896, p. 91.

23. « La pêche à la ligne », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1896, p. 99.

24. « Routes d’été », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1896, p. 27.

25. « Fermes normandes », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1896, p. 55.

26. « Moulins à vent », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1896, p. 75.

27. « Dans la montagne », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1896, p. 91.

28. « La chasse au loup et au sanglier », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1897, p. 43.

29. « Crues et inondations », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1897, p. 51.

30. « Le marché aux fleurs », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1897, p. 91.

31. « Sur route en automobile », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1897, p. 47.

32. « Sur la côte. Les phares », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1899, p. 31.

33. « Sur la côte. – Bouées, sémaphores et balises », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1899, p. 55.

34. « L’hiver à la ville », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1900, p. 19.

35. « L’hiver aux champs », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1900, p. 43.

36. « Travaux scientifiques de la plage », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1900, p. 59.

37. « Croquis d’exposition », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1900, p. 79.

38. « Croquis d’exposition. Exposants exposés », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1900, p. 87.

39. « Le jour de l’an à Paris », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1901, p. 27.

40. « Dernières nouvelles de la planète Mars », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1901, p. 67.

41. « La mémorable aventure de John Gilpin », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1901, p. 7.

42. « Buffon illustré », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1901, p. 27.

43. « Première leçon d’aéroclette », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1901, p. 99.

44. « Manuel du chauffeur en aéroteuf », Nouvelles scientifiques,  premier semestre 1902, p. 15.

45. « La sous-marine », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1902, p. 59.

46. « Arbres sédentaires et ambulants », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1902, p. 83.

47. « Au muséum », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1902, p. 7.

48. « Dans le métropolitain », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1902, p. 35.

49. « À l’Académie des sciences – Croquis et croquades », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1902, p. 103.

50. « Au musée d’artillerie », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1903, p. 11.

51. « La galerie ethnographique des Invalides », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1903, p. 39.

52. « Paris-gare ! », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1903, p. 75.

53. « La maison vraiment moderne », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1903, p. 99.

54. « En forêt de Fontainebleau », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1903, p. 39.

55. « En forêt de Compiègne », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1903, p. 59.

56. « Chauffeurs et chauffeuses. Modes du jour », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1903, p. 103.

57. « Brevets nouveaux – Notes prises au dernier bulletin », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1904, p. 43.

58. « Façons de guerroyer », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1904, p. 63.

59. « Sous-sol parisien. – Trouvailles diverses dans les fouilles du Métropolitain », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1904, p. 99.

60. « Explorations sous-marines », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1904, p. 27.

61. « Dans les Alpes – Un passage », Nouvelles scientifiques, deuxième semestre 1904, p. 103.

62. « Sports d’hiver en montagne », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1905, p. 35.

63. « Moteurbots », Nouvelles scientifiques, premier semestre 1905, p. 95.

Robida s’absentera brièvement en 1898-1899. La Nature fait alors appel à Henriot pour le remplacer. À son retour, Henriot continuera de produire quelques planches mais servira le plus souvent de doublure à Robida, qui reste nettement plus présent que son collègue au sein des Nouvelles scientifiques. L’arrivée d’Henriot a eu impact immédiat sur la politique de La Nature en matière de présentation de ces planches dessinées, dont le caractère inédit n’est plus signalé. Robida bénéficiera de cette mention pour quelques planches après son retour en 1899, mais se verra rapidement imposer le même régime. Cela montre peut-être que ce type de planche est si intégré dans les attentes des lecteurs que la direction ne cherche plus à les valoriser. On peut aussi se demander si le périodique n’est pas déjà en train d’envisager sa prochaine grande mutation, qui implique l’usage généralisé de la photogravure. En effet, Robida et Henriot disparaissent respectivement en 1905 et 1904 des pages des Nouvelles scientifiques, exactement au moment où La Nature s’apprête à inaugurer sa nouvelle maquette de 1906. Aux yeux des responsables éditoriaux, le style de ces grands illustrateurs n’était peut-être plus compatible avec les nouvelles orientations du périodique.

Si La Nature a encore pu gagner en prestige en ouvrant ses pages à Robida, ce dernier en fait une superbe vitrine de son talent : observer ses planches permet de se familiariser avec l’ensemble de son œuvre, qui oscille constamment entre sérieux et comique, intérêt pour le passé et le futur, dérision et fascination pour le progrès technique. Après son départ de La Nature, Robida poursuivra encore une très belle carrière mêlant écriture et dessin.

Texte rédigé en complément de : A. Hohnsbein, « Les Merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle », in Hélène Campaignolle, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa dir., Illustrer ?, actes du colloque à paraître dans la revue textimage.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.