Technologie et sentiments

À l’occasion de la mise en ligne de The Power of the Dog de Jane Campion – à qui Positif  a consacré une couverture méritée, la plateforme propriétaire du fichier a rendu disponibles d’autres contenus[1] de la même réalisatrice, dont La Leçon de piano. Dans ce film, une jeune femme muette (Ada, interprétée par Holly Hunter) et sa fille quittent l’Écosse du xixe siècle en vue d’un remariage avec Alistair Stewart (incarné par Sam Neill), colon établi en Nouvelle-Zélande. Ada tombera cependant amoureuse de George Baines (Harvey Keitel), homme analphabète employé en tant que contremaître pour sa maîtrise du maori. Visuellement superbe, le film donne volontairement peu d’éléments contextuels. La contrée est sauvage, ce qui rend d’autant plus frappante l’introduction de deux éléments technologiques : le piano de l’affiche – qu’Ada emporte dans sa traversée – et la photographie. Cette dernière est au cœur d’une séquence isolée très belle et très étrange : le portrait du couple nouvellement formé est immortalisé en extérieur sous une pluie battante (voir la séquence de 2 mn). La présence incongrue des deux instruments est fortement soulignée : un temps abandonné au bord de l’océan, le piano est en contact direct avec le sable et l’eau salée (l’ombre d’un engloutissement final guette), tandis que les photographiés font face à l’objectif dans des habits empesés par les trombes d’eau qui s’abattent sur eux.

Pour aussi vague que soit le contexte général, le film se situe à une date étonnamment précise : 1852. Du point de vue de la pratique photographique, ce choix est intéressant. À cette période, les photographes européens découvrent à peine les mérites du collodion humide, qui permet d’obtenir de belles nuances de gris et ouvre la voie à la reproductibilité de l’image. Cette découverte n’est probablement pas connue en Nouvelle-Zélande à cette date : un billet de Shaun Higgins (Auckland Museum) explique que la daguerréotypie commerciale aurait débuté en Nouvelle-Zélande autour de 1848 seulement. Dans le film, le décor employé en fond mais surtout la présence iconique de la chaise de pose équipée de son terrible appui-tête semble valider le fait que le couple affronte un daguerréotypiste – dont l’appareil est à peine visible dans la séquence. Selon Shaun Higgins, très peu d’images produites à cette période sont encore conservées, ce qui encourage à penser que les photographes étaient alors peu nombreux. Surtout, les usages du daguerréotype dans les années 1850 sont avant tout commerciaux et urbains : le film délocalise volontairement une pratique mal codifiée dans un avant-poste colonial.

Le choix d’une telle date permet à la photographie de gagner en puissance symbolique : le marié, Alistair Stewart, a nécessairement dû payer une somme considérable pour faire venir un homme ayant probablement une faible expérience du métier. Campion crédibilise ce déplacement de la photographie dans des terres sauvages en insistant sur le fait que, pour aussi éloignée que soit la demeure du marié, la technologie peut y être maintenue en état de marche : une autre séquence du film fait intervenir un accordeur de piano, convoqué cette fois-ci par George Baines. Le scénario insiste sur la surprise de l’accordeur lorsqu’il constate l’origine du piano, qui serait selon lui le premier de ce fabricant à avoir atteint la Nouvelle-Zélande. La présence de l’accordeur est importante car elle équilibre celle du photographe, tout en valorisant l’idée que la rivalité amoureuse des deux hommes passe par l’importation et l’entretien d’instruments d’agrément complexes aux confins de la civilisation. Dans cet affrontement technologique, Stewart échoue totalement face à Baines. En effet Ada se montre excédée par l’épreuve du portrait mais, conquise par Baines, elle l’autorisera seul à accéder au troisième objet technologique du film, un objet caché qui alimente un fétichisme cinématographiquement innovant dans les scènes érotiques : l’armature de sa robe à crinoline.

Le règne de la crinoline” (détail – imagerie d’Epinal, source : BnF/Gallica)

Tiraillée entre un européen civilisé (mais capable de l’amputer d’un coup de hache) et un homme analphabète (mais capable de parler aux Maoris), Ada s’affirme comme le personnage le plus « augmenté » du film : le piano compense l’absence de sa voix, son corps est pris dans la cage élastique de la robe et sa main sera complétée d’une prothèse métallique scintillante.

Si le romantisme que l’on perçoit aisément dans le film la pousse à tomber amoureuse de Baines (un homme partiellement à l’état de nature), son corps a cependant besoin d’une technologie précise et moderne pour lui permettre d’exprimer ses sentiments. Pour cette raison, la sécheresse du titre original sied bien mieux à un film où le technologique jouent un rôle discret mais essentiel : The Piano, et non pas La Leçon de piano, très beau titre français qui valorise inutilement la relation des personnages au détriment de l’instrument[2].

Mini-biblio :
Ateliers fixes : Jean Sagne, L’Atelier du photographe, Paris, Presses de la Renaissance, 1984 (malheureusement épuisé, on le trouve parfois d’occasion autour de 15 euros)
Ateliers mobiles : Photographica, 2 | 2021, « Hors les murs : photographes et studios mobiles »

[1] Nous utilisons la terminologie brutale de cette plateforme de diffusion, qui demeure cependant la seule à avoir financé le film.

[2] On ne sort pas indemne de La Leçon de piano, encore moins quand le générique de fin est lui aussi amputé par les suggestions d’un algorithme en pleine crise de démence : la plateforme en question interdisant de bloquer l’horreur des suggestions pendant le générique de fin, voici que l’on me propose de regarder Aquaman, le blockbuster un peu crétin mais très amusant de James Wan où personne ne joue du piano mais où tout le monde sait nager – contrairement donc à Holly Hunter, qui confond les bouées de sauvetage et les pianos aqueux. Pourtant, la logique algorithmique aurait voulu que l’on me propose au pire Le Grand Bleu (Holly Hunter = Jean-Marc Barr ; piano = dauphin), au mieux The Power Of The Dog, un film où le Dr. Strange torture la petite amie de Spiderman en jouant du banjo comme dans Délivrance. C’est une catégorie de films que la plateforme n’a visiblement pas encore créée. Dommage !



Citer ce billet
Axel Hohnsbein (2022, 2 février). Technologie et sentiments. La science en mouvement. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search