Gallica nous emmène au cirque

Aujourd’hui, 28 décembre 2021, on va donc au cirque avec Gallica. Cinq programmes différents viennent d’être mis en ligne ce jour, et offrent un très joli panorama du cirque dans les années 1870-1900.
Toutes images : Source gallica.bnf.fr / BnF
(Pour pouvoir zoomer  : mettre le pointeur sur l’image, clic droit, “ouvrir dans un nouvel onglet”)

Rendons-nous pour commencer à la foire de Lille. Nous sommes en 1874, le “théâtre-cirque quadrumane brésilien” de M. Fulgoni vient de s’installer en ville. Je paie volontiers 1,50 francs pour voir de près les exercices équestres des petits chevaux lilliputiens, ainsi que le numéro de Ritta intitulé “Mort et vivant”.

A présent, rendons-nous à Bruxelles. Nous arrivons en 1879 (le train n’est pas rapide, certes). Ce soir, nous sommes le 28 décembre (belle coïncidence, non ?) et le Cirque royal nous régale de 13 numéros suivis d’un grand ballet-pantomime-féerie. Pour ma part, je souhaite surtout voir le numéro des chapeaux volants des frères Alphonso.

Vingt ans ont déjà passé ! Il fallait bien travailler un peu, mais la retraite approche (enfin j’espère). Nous arrivons à Gand le 5 décembre 1891, à l’hippodrome, pour assister au spectacle donné par le cirque Rancy. Il a fallu payer 10 centimes pour conserver le programme, mais cela valait la peine : nous avons pu voir les débuts des frères Renée’s, gymnastes habiles, et assister à une pantomime aquatique intitulée “une journée au parc de la Tête d’or à Lyon”. Ca nous change de Guignol (et peut-être aussi d’Interpol pour les grands criminels qui nous lisent). Je me souviens que vers 1857, une autruche y a tout de même été assassinée (mais nous raconterons cette sombre histoire un autre jour).

1906. Voilà plus de trente ans que nous avons commencé notre exploration…  Il est bien temps de rentrer à Paris, pour aller au cirque Métropole, à la Motte-Piquet. Il est 20h30, et nous attendons surtout de voir Foottit (est-ce bien le fameux clown ?) et le “saut de la mort” de Gabrielle Jowanowitch.

Après toutes ces émotions, je ne me souviens plus de quand je suis allé voir les animaux de la grande ménagerie européenne et lozérienne de Théodore PEZON… Le programme ne comporte aucune date, mais je me souviens que le propriétaire vendait et achetait toutes sortes d’animaux : j’ai bien failli ramener un tigre du Bengale dans mon 15m²…

Merci Gallica pour cette petite virée !

EDIT : depuis, d’autres affiches ont été mises en ligne : cirque Rancy, cirque Despard-Plège, cirque Plège

 



Citer ce billet
Axel Hohnsbein (2021, 28 décembre). Gallica nous emmène au cirque. La science en mouvement. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search