Carte postale : l’observatoire du pic du Midi

“Gloire aux hommes de cœur, aux savants intrépides
Qui du Pic de Bigorre affrontent les climats”
̶F̶r̶a̶n̶ç̶o̶i̶s̶ ̶B̶a̶y̶r̶o̶u̶, Jean Cistac, 1876

Héliogravure et photographie vont très bien ensemble : les contrastes et le niveau de détail sont souvent élevés (un peu trop parfois). Chez les bouquinistes, les livres de photographie imprimés à l’héliogravure se remarquent instantanément : le Paris des rêves d’Izis  en est un exemple réputé. La carte postale de la première moitié du XXe siècle s’en sert aussi volontiers.

Trouvée il y a quelques années dans un marché de Vic-en-Bigorre, cette très jolie carte postale fait partie d’une série intitulée “Nos belles Montagnes – Les Pyrénées”. Elle n’est pas datée.

Une recherche dans La Stéréothèque propose une vue de l’observatoire dans un état comparable, qui aurait été effectuée entre  1890 et 1920. L’image provient par ailleurs de la collection “Laforgue et Canfranc” ; cette société a été fondée à Tarbes en 1901 et cesse ses activités en 1984. On serait potentiellement en présence d’une photographie prise entre 1901 et 1921, sachant que cette très belle carte postée en 1922 correspond à un état postérieur de l’observatoire : les garde-corps y sont parfaitement réguliers, des travaux récents paraissent avoir été effectués en ce sens. Quant à savoir à quel moment la carte postale a été produite, c’est une autre affaire : si l’on en croit wikipédia, la marque “Cim” que l’on peut voir en bas à droite de l’image est créée en 1935 mais son fondateur Jean Combier officie depuis 1914… N’allons pas plus loin : seul un.e historien.ne de l’observatoire du Pic du Midi et/ou de la carte postale saurait précisément dater la prise de vue et la date de sa commercialisation.

Pour appliquer les mêmes méthodes que le superbe site consacré au patrimoine photographique du New York Times (malheureusement abandonné ?), voici le dos de la carte.  Les amateurs de cartes postales sauront peut-être résoudre les mystères des dates de prise de vue et de publication.

Ne pas manquer enfin cette carte postale offrant une vue des Pyrénées et des nuages depuis l’Observatoire. Et, à consulter ici ou à lire juste après la bibliographie, quoi de mieux pour se séparer qu’un poème aussi sincère qu’éreintant à la gloire de l’observatoire du pic du Midi ? Les amateurs d’anaphores en “pour” seront servis : on a presque l’impression de trébucher sur les cailloux avec l’auteur. Prévoir un bon piolet.

Mini-bibliographie
0. M. Gentili, L'Observatoire du Pic du Midi (6e édition revue), 1962 (vieux livre sous embargo...)
1. Jérôme Lamy, L'Observatoire de Toulouse aux XVIIIe et XIXe siècles. Archéologie d'un espace savant, Rennes, PUR, 2007 (accès ouvert).
2. Claude et Christiane Mirandola, Photographie et Cartes Postales : Les Frères Nels, 1898-1913, Mondorf-les-Bains, Luxembourg, 2013 (richement illustré, épuisé mais occasionnellement vendu à prix cassé dans les librairies de type "Mona lisait"). 
3. Portal to the Heritage of Astronomy.
4. Joli dossier illustré sur l'histoire de la carte postale.
5. Page Facebook dédiée à la société Combier Mâcon CIM : de jolies images et des commentaires informés.

Annexe : jean Cistac (1876), poète oublié (inconnu ? méconnu ? jamais connu ?). Gallica propose un bref essai du même auteur : Athéisme.

OBSERVATOIRE DU PIC DU MIDI

________________

Felix qui potuit rerum cognoscere causas.
Virgile.

Au premier plan des monts formés en longue chaîne,
Le grand Pic du Midi s’élève vers les cieux,
Rocher aux vastes flancs, à l’aspect sourcilleux.
Son aride sommet domine monts et plaine,
Se mire dans les lacs à surface sereine :
La nature l’a fait le Pic Roi de ces lieux,
De neige couronnant sa tête souveraine.
Pour explorer l’atmosphère et les cieux,
Quel autre site, au terrestre domaine,
Pouvait s’offrir plus pur, plus merveilleux ?
__
Il voit à ses pieds le méandre
Que décrit le flot de l’Adour,
Dans la prairie allant s’épandre,
Comblant de dons un beau séjour.
__

Il voit le soleil à sa source
Comme un disque d’or radieux,
Se lever, commencer sa course,
De splendeur inondant les cieux.
__

Il voit sur ses cimes altières,
Par les étés, par les hivers,
Les vapeurs denses ou légères
Descendre ou monter dans les airs.
__

II voit sur lui fondre l’orage,
Passer tempêtes, ouragans,
Sans que leur furie et leur rage
Lui soient plus que de légers vents.
__

Il voit de son ciel la coupole
Briller d’or et de diamants ;
Il voit l’immense farandole
Que dansent les astres errants.
__

Gloire aux hommes de cœur, aux savants intrépides
Qui du Pic de Bigorre affrontent les climats,
De vérités, de faits avides
Fussent-ils au fond des Etnas ! —
Aux bas lieux l’air est trouble et la vue incertaine :
Pour que l’Observatoire aborde le firmament
Il le faut entouré d’atmosphère sereine,
Au site le plus pur, sur un point culminant ;
__

Pour, à l’aide du télescope,
Qui dans un tube harmonieux
De point en point se développe,
Lire tous les feuillets des cieux.
__

Pour, aux profondeurs de l’abîme
Découvrir un globe nouveau,
Grossir une liste sublime,
Compléter un divin tableau.
__

Pour guetter l’immortel passage
D’un astre en sa course éperdu ;
En tracer la rapide image
Avant qu’il ne soit reperdu.
__

Pour analyser l’atmosphère
Dans tous ses éléments divers,
Le chaud, le froid, l’air, la lumière.
Les gaz dont s’imprègnent les airs.
__

Pour soumettre aux expériences,
Fluides, vapeurs, densités,
Vertus, secrètes influences
D’aimant et d’électricités.
__

L’air qui court, l’atome qui vole,
Ont leur loi propre au mouvement :
Le Hasard n’est qu’un mot frivole
Qu’invente l’esprit impuissant.
__

Notre-Dame de Lourde, attrayante de gloire
Et de splendeur,
Et du Pic du Midi l’illustre Observatoire,
Sont frère et sœur.
__

L’une enseigne à nos cœurs de la vie immortelle
La vérité ;
L’autre de l’univers aux regards nous révèle
L’immensité.
__

Tous deux ont même but, rendre de saints hommages
Au Créateur.
Tous deux répéteront durant le cours des âges
Gloire au Seigneur !
__

A celui qui par soi vivait avant les temps,
Etait avant l’abîme, avant les firmaments,
Dont l’esprit surnageait aux eaux des mers profondes,
Dont la main en s’ouvrant ensemença les mondes,
Le produit glorieux de six jours de labeur,
La sublime moisson du divin laboureur.
De ce Dieu qui pourrait mesurer la puissance !
Par l’effort du génie atteindre à son essence !
Il est le seul principe et seul soutien de l’être,
Et la terre et le ciel n’ont, pas un autre maître.
Dans l’infiniment grand, l’infiniment petit,
D’une égale splendeur sa sagesse reluit.
Dans l’atome créé brille un trait de sa gloire,
Car le néant vaincu, l’être c’est la victoire ;
La vie en son sourire, éclatant, solennel ;
Les êtres renaissants son printemps éternel.
__

A tout moment ce Dieu du monde
Nous sollicite avec amour
A pénétrer la nuit profonde
Qui nous dérobe le vrai jour.
Mais de nos forces même ardentes,
Qui seules seraient impuissantes,
Qui secondera les efforts ?
Et par quel élan de génie,
Et par quelle route hardie
Pourrons-nous atteindre à ses bords ?
__

Il vit dans les célestes sphères,
Il vit dans les soleils brûlants ;
Il est lumière des lumières,
Et grand jour des jours éclatants ;
Et c’est lui qui fait la structure,
La riche et la fine parure
Des insectes et des oiseaux ;
Lui qui compose et qui varie
Le ton des fleurs dans la prairie,
Le murmure au lit des ruisseaux.
___

Dans l’atome et le grain de sable,
Comme dans tous objets divers,
Est un asile impénétrable
Où Dieu seul tient les yeux ouverts ;
Où la substance inaltérable,
Sous une forme périssable,
Brave les craintes du néant ;
Où siège l’essence de l’Etre,
Où, de par le Souverain Maître,
L’univers a son fondement.
___

Si la porte sur l’invisible,
Dont Dieu scella les deux battants,
S’ouvrait, nous rendant accessible
Ce que ne peuvent voir nos sens :
Des choses les causes premières,
Du monde les secrets mystères,
De l’Homme et des Cieux les destins ;
Nous laissant, d’ici-bas, entendre
Les sons lointains que Dieu fait rendre
Aux globes lancés par ses mains.
___

Que la vie alors serait belle !
Quels jours de célestes clartés
Viendraient frapper notre prunelle
Et nous ravir de leurs beautés !
Quel plus magnifique spectacle,
Quel plus grand et plus saint miracle
Pourrait se produire à nos yeux
Que la vérité, pleine, entière,
Illuminant toute la terre,
Ainsi qu’un soleil radieux !…
__

La riche perle qui se voile
Au fond des eaux de l’Océan,
Correspondrait avec l’étoile
Qui brille au front du firmament.
Dans les œuvres de la nature
Plus d’ombres ni de nuit obscure ;
Dans les profondeurs du ciel bleu,
Plus d’obstacles, plus de barrières ;
Les sphères parleraient aux sphères,
Et l’Homme parlerait à Dieu.
__

C’est ainsi qu’au sein des délices
Se berçaient les mondes naissants,
Sous l’œil de Dieu, sous ses auspices,
Poursuivaient leurs cours éclatants.
C’est ainsi qu’Adam notre père,
C’est ainsi qu’Eve notre mère,
Ont vécu dans les anciens jours,
Avant que, du fond de l’abîme,
L’Esprit de l’orgueil et du crime
Vînt troubler leurs saintes amours.

Référence : Jean Cistac, « Observatoire du pic du Midi », extrait de Notre-Dame de Lourdes ; et l'Observatoire du Pic du Midi : suivis de poésies diverses, Toulouse, impr. de Pradel, Viguier et Boé, p. 11-19.


Citer ce billet
Axel Hohnsbein (2022, 14 mars). Carte postale : l’observatoire du pic du Midi. La science en mouvement. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qqkd

Une réflexion sur « Carte postale : l’observatoire du pic du Midi »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search